Kenya : un massacre raciste tue 48 personnes

Des affrontements ethniques, dans la nuit de mardi à mercredi, ont causé la mort de 48 personnes, 31 femmes, 11 enfants et 6 hommes. Ils auraient été victimes d’un massacre commis par des hommes armés. Cette attaque ethnique rappelle celle de 2001 qui avait fait cent morts à la suite des violences entre les deux communautés kenyanes des Pokomo et des Orma.

Regain de violences entre les Pokomo et les Orma. Dans la nuit de mardi à mercredi, 48 personnes ont péri suite à des affrontements entre les deux communautés dans le Sud-Est du Kenya. « C’est un évènement terrible, 34 personnes ont été tuées à coups de machette et 14 autres ont été brûlées vives », déplore le chef adjoint de la police de la province côtière, Joseph Kitur. « Le raid a été mené par des hommes Pokomo contre des villageois Orma, deux communautés rivales depuis des années », ajoute-t-il, rapporte Le Monde.fr.

« Mais selon un député local, Danson Mungatana, l’attaque de mardi soir était un acte de représailles, après une première attaque des Orma qui auraient tué trois Pokomo », précise le site internet du quotidien.

Ce massacre serait dû à une lutte acharnée de partage des terres. « Les affrontements autour de questions de pâturage sont fréquentes dans cette région », a commenté le porte-parole de la police nationale, Eric Kiraithe. « Les Pokomo sont essentiellement des agriculteurs sédentaires, installés le long de la rivière Tana. Les Orma sont eux majoritairement des éleveurs nomades », souligne Le Monde.fr.

Cette attaque ethnique rappelle celle de 2001 qui avait fait cent morts à la suite des violences entre les deux communautés kenyanes des Pokomo et des Orma.

Lire aussi :

 Les salaires faramineux des députés kenyans

 Kenya : le Royaume-Uni reconnaît que les colons ont torturé des détenus Mau Mau

 Kenya : seize morts suite à l’attaque de deux églises à Garissa