La Russie livre au Mali des armes, des munitions et des hélicoptères

Hélicoptère russe
Des hélicoptères russes

Alors que la France hausse le ton quant à la position malienne sur la question du retrait de la force Barkhane et une éventuelle coopération avec des instructeurs russes, Moscou a livré des armes de guerre, des munitions et des hélicoptères au Mali

Pendant que la France échange des propos aigre-doux avec le Mali, au sujet du retrait annoncé par Emmanuel Macron de la force Barkhane, objet d’une polémique, les choses s’accélèrent. Notamme du côté de la Russie qui, visiblement est prête à partager avec la France le guêpier (ou le gâteau) malien. Ce n’est pas la société Wagner qui agit en terres maliennes, c’est directement Moscou.

Le Kremlin vient en effet, à travers une coopération militaire, de livrer de l’armement aux forces de défense maliennes. Il s’agit de quatre hélicoptères de fabrication russe de type MI-171, des armes de guerre et des munitions qui ont été réceptionné, dans la nuit de jeudi à vendredi, par le ministre malien de la Défense et des anciens combattants, le Colonel Sadio Camara, révèle Anadolu.

Il s’agit, selon le ministre malien de la Défense, d’une acquisition qui s’inscrit dans le cadre de la concrétisation de la convention de coopération militaire Mali-Russie récemment signée. « L’Etat malien a acheté ces hélicoptères auprès de la Fédération de Russie, pays ami avec lequel le Mali a un partenariat très fructueux. C’est la concrétisation d’un contrat signé en décembre 2020 et entré en vigueur en juin 2021 », a souligné le ministre malien.

A lire : Devant l’ONU, le Mali accuse la France

« Nous sommes ici ce soir, pour réceptionner quatre hélicoptères de type MI-171, des armes et des munitions. Les armes de guerre et les munitions sont offertes par la Fédération de Russie, mais les quatre hélicoptères neuf ont été entièrement acquis sur le budget national », précisé Sadio Camara. Le ministre a ajouté que ces acquisitions illustrent le souci constant du Président de la transition, le Colonel Assimi Goïta pour le renforcement des capacités opérationnelles de l’armée malienne.

« L’extrême rapidité de l’exécution de ce contrat montre la fiabilité et le sérieux de ce partenaire qui nous a toujours donné satisfaction dans le cadre d’échange gagnant-gagnant », a ajouté le ministre malien de la Défense, soulignant que l’appui des « spécialistes russes va nous permettre de progresser très rapidement et de maîtriser tous les aspects liés à l’exploitation des hélicoptères ».

Cette livraison d’armes de guerre et de matériel militaire intervient au moment où la France multiplie ses mises en garde contre le Mali, autour d’une coopération avec la société privée russe Wagner. Suivie d’une sortie du Premier ministre malien, évoquant un abandon du Mali par la France. D’abord la diplomatie française, ensuite avec l’armée française et enfin une sortie du chef de l’Etat Emmanuel Macron en personne.

A lire : Mali, la Russie confirme sa présence militaire et pointe l’échec de la France

« Alors qu’hier nous avons présidé l’hommage national au sergent Blasco et qu’aujourd’hui il est enterré parmi les siens, ce qu’a dit le Premier ministre malien est inadmissible. C’est une honte. Et ça déshonore ce qui n’est même pas un gouvernement », s’est indigné le Président français, Emmanuel Macron, ce jeudi 30 septembre 2021, en marge de la clôture de la saison Africa 2020 à l’Elysée.

Emmanuel Macron est allé plus loin, indiquant que le fait qu’il y ait « tant de mépris des actuels dirigeants maliens à l’égard de nos soldats, des vies qui ont été laissés, c’est inadmissible ». Pour le Président français, « ce qu’a dit le Premier ministre malien est inadmissible. C’est une honte. Et ça déshonore ce qui n’est même pas un gouvernement ».