La France se rapproche du Maroc, l’Algérie flirte avec l’Espagne


Lecture 3 min.
Le Premier ministre espagnol, Pedro Sanchez, et le Président algérien, Abdelmadjid Tebboune
Le Premier ministre espagnol, Pedro Sanchez, et le Président algérien, Abdelmadjid Tebboune

Alors que la France a enclenché une phase de rapprochement avec le Maroc, l’Espagne renforce sa coopération avec l’Algérie. Ce lundi, le chef de la diplomatie espagnole est annoncé à Alger dans un contexte économique très particulier.

Le ministre espagnol des Affaires étrangères, de l’Union Européenne et de la Coopération, José Manuel Albares, est annoncé à Alger. Une visite qui servira de nouveau point de départ après une période de froid entre les deux pays. Cette tension avait d’ailleurs débouché sur une suspension du traité d’amitié qui liait l’Espagne à l’Algérie. Les échanges commerciaux avaient aussi été très impactés par cette brouille.

Avec cette visite du chef de la diplomatie espagnole en Algérie, Alger et Madrid tournent la page de la brouille et regardent vers l’avant. Cette visite intervient au moment il est procédé à une réorientation des flux commerciaux algériens vers les ports européens, notamment espagnols. L’Algérie ayant boycotté les ports marocains. D’ailleurs le boycott du Maroc permet à l’Algérie de renforcer ses liens avec l’Espagne.

Le Maroc pour compter sur la France ?

Le boycott par l’Algérie des ports marocains concerne les matières premières comme les hydrocarbures, les minéraux et les produits chimiques. Il concerne aussi les biens intermédiaires comme les composants électroniques, les textiles et les produits métallurgiques. Sont aussi concernés les produits alimentaires transformés, les appareils électroménagers et les véhicules. Seuls les produits alimentaires et périssables sont exemptés.

Cette situation, qui met en lumière les enjeux économiques, engendre une baisse des revenus portuaires pour le Maroc. Mais Rabat pourra certainement compter sur la France dont le Président, Emmanuel Macron, a instruit un rapprochement avec le Maroc. Dans un entretien, samedi, Stéphane Séjourné a révélé la demande faite par Macron de «m’investir dans la relation franco marocaine et d’écrire aussi un nouveau chapitre de notre relation».

Fin de la brouille entre l’Algérie et m’Espagne ?

Et le chef de la diplomatie française a promis de tout faire, «dans les prochaines semaines et les prochains mois, pour que la France et le Maroc se rapprochent». Une nouvelle dynamique dans les relations entre Paris et Rabat, qui permettra certainement de donner un nouveau souffle au port de Tanger, en partie étouffé par la décision de boycott décrétée par l’Algérie.

Pendant ce temps, Alger ne cracherait pas sur une solution pour amoindrir ses coûts de transport. Par un rapprochement avec Madrid ? En tout cas, ce lundi 12 février 2024, le ministre espagnol des Affaires étrangères, de l’Union Européenne et de la Coopération internationale, José Manuel Albares, est annoncé en Algérie, lors d’une visite qui acte la fin la fin de la brouille entre les deux pays.

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter