L’Algérie joue une nouvelle carte serbe pour contrer le soutien à la marocanité du Sahara


Lecture 3 min.
Abdelmadjid Tebboune et Mohammed VI
Abdelmadjid Tebboune et Mohammed VI

Face au revirement du gouvernement serbe, en juin 2023, officialisant son soutien à la marocanité du Sahara Occidental, l’Algérie riposte en misant sur la mobilisation des députés serbes.

L’Algérie ne démord pas s’agissant de la cause sahraouie. Le gouvernement algérien, en plus de soutenir le Front Polisario, tape à toutes les portes pour contrer les actions allant dans le sens de faire du Sahara un territoire marocain. Le tout nouveau groupe d’amitié parlementaire Algérie-Serbie, né jeudi à Alger, s’est fixé comme objectif principal de rallier les parlementaires serbes à la cause du Polisario.

Soutien à l’autodétermination du peuple sahraoui

L’ordre du jour inaugural du groupe, tracé par la partie algérienne, ne laisse planer aucun doute sur ses priorités. En plus de la mobilisation au sein des instances internationales et parlementaires pour mettre fin aux « atrocités commises à Gaza », le groupe s’engage à « appuyer le droit du peuple sahraoui à organiser un référendum d’autodétermination », souligne un communiqué de la Chambre des représentants en Algérie.

La création de ce groupe intervient en réponse directe au revers subi par l’Algérie en juin 2023. La visite du ministre des Affaires étrangères, Ahmed Attaf, à Belgrade n’avait pas suffi à empêcher le gouvernement serbe de se rallier à la position marocaine sur le Sahara. L’Algérie semble désormais miser sur la diplomatie parlementaire pour tenter de renverser la vapeur.

L’avenir de la question du Sahara au sein des relations algéro-serbes

Le groupe d’amitié parlementaire Algérie-Serbie s’est donné pour mission d’organiser des rencontres et des échanges entre députés des deux pays, de sensibiliser les Serbes à la question du Sahara occidental et, in fine, de faire pression sur le gouvernement serbe pour qu’il revienne sur sa position. Si le groupe bénéficie du soutien de la Chambre des représentants en Algérie, son succès n’est pas garanti. La question du Sahara occidental est sensible en Serbie et le gouvernement serbe semble fermement attaché à sa position actuelle.

De plus, le groupe est encore jeune et n’a pas encore d’influence significative. La création du groupe d’amitié parlementaire Algérie-Serbie est un nouveau développement dans la longue saga du Sahara occidental. Le succès ou l’échec de ce groupe pèsera sur les relations entre l’Algérie et la Serbie, deux pays traditionnellement amis.

Avatar photo
Je suis passionné de l’actualité autour des pays d’Afrique du Nord ainsi que leurs relations avec des États de l’Union Européenne.
Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter