L’Afrique fait bouger la Bastille

Plus de 50 000 personnes sont attendues place de la Bastille vendredi soir pour danser au son des musiques africaines. Un dialogue des cultures cher à la Mairie de Paris et à RFI, principaux organisateurs de l’événement. Johnny Cleg, Mory Kanté, Alpha Blondy…17 musiciens reconnus pour un spectacle diffusé sur les télévisions africaines via CFI et sur les ondes de Radio France internationale.

Paris sera vendredi la capitale de l’Afrique. Le traditionnel bal du 13 juillet aura cette année une saveur exotique. Devant plus de 50 000 parisiens, la crème des artistes africains fera grimper la température d’un mois de juillet quasi polaire. Car c’est certain, entre 20h00 et minuit, l’ambiance sera chaude autour de la place de la Bastille.

Un plateau d’artistes exceptionnel

Comme toujours, le dispositif de la Mairie de Paris est impressionnant. Une scène de 150 m2, des écrans géants et surtout un plateau d’artistes exceptionnel. Jugez plutôt : Alpha Blondy, Mory Kanté, Souad Massi , Ismaël Lô… 17 musiciens se relayeront pour jouer leurs meilleurs morceaux. Fil rouge de cette nuit africaine, les tambours de Brazza lanceront les joyeuses hostilités. Les danseurs et musiciens de la troupe feront vibrer la foule avec leurs gestuelles et leurs rites ancestraux. Pendant toute la soirée, la programmation proposera une succession de rythmes propices aux danses endiablées et de moments plus calmes. A côté des standards de Johnny Cleg ou d’Amadou et Mariam, le public pourra aussi découvrir de nouveaux talents comme Amel Mathlouthi, jeune artiste tunisienne à la voix exceptionnelle.

« Un grand Noël laïque »

« Ce rendez-vous doit être unique, plein d’inattendu », espère André Sarfati, responsable communication de RFI, à l’origine de l’événement. « J’invite les musiciens à dialoguer avec la foule. Peut être que Claudy Siar (animateur sur RFI) donnera en direct une leçon de Coupé-Décalé (danse ivoirienne) au public dans la grande tradition des bals populaires ». Un moment de partage qui ne manquera pas de symboles. « Ce sera un grand Noël laïque pour célébrer, ensemble, les valeurs de la République : Liberté, Égalité, Fraternité », poursuit André Sarfati. « Un moment fort à vivre ensemble pour les Parisiens de toutes origines et de toutes générations ». Un discours repris par la municipalité. « La mairie de Paris est très attachée dans sa politique à la lutte contre les inégalités, à l’intégration des minorités. Bertrand Delanoë ne pouvait être que séduit par cette idée. Il sera d’ailleurs présent pour saluer la foule au début du bal », confirme Krystel Lessard, en charge de la communication de l’événement pour la Ville.

Donner une autre image du continent

Pour RFI, cette fête sera aussi l’occasion de rendre hommage aux talents africains et aux 25 millions d’auditeurs qui suivent chaque jour en Afrique les émissions de la station. « On nous reproche souvent de ne parler que des guerres, des famines, de tout ce qui ne va pas. La soirée qui sera diffusée par les télévisions africaines via CFI (Canal France international) et en direct sur nos ondes (à partir de 20h10 heure française) dans le monde entier donnera une autre image du continent », explique André Sarfati. Cette année, le bal de la Bastille célèbre la diversité le jour anniversaire de la révolution française. Réjouissons-nous !