Joseph Kabila appelle les Congolais à se mobiliser contre les rebelles

Les rebelles du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), commandés par le général dissident Laurent Nkunda, se sont emparés d’un camp militaire stratégique dans la province du Nord-Kivu, puis l’ont abandonné ce vendredi. L’Etat congolais accuse Kigali de leur fournir son appui. Le président Joseph Kabila a demandé, jeudi soir, au peuple congolais de soutenir l’armée régulière contre ceux qui « convoitent les richesses de son pays ».

Le chef de l’Etat appelle ses concitoyens à faire bloc pour repousser la rébellion du général Laurent Nkunda

« Par delà tout clivage politique, mobilisons-nous comme un seul homme derrière nos forces armées et les élus de la nation pour préserver la paix, l’unité et l’intégrité du pays ». Tel est le cri de ralliement lancé jeudi soir, dans un message diffusé à la télévision nationale, par Joseph Kabila, le président de la République démocratique du Congo (RDC). « L’heure est grave et chacun de nous est en conséquence interpellé », a-t-il ajouté.

Cette allocution intervient au lendemain d’une nouvelle attaque des rebelles du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP) commandés par le général dissident Laurent Nkunda, un tutsi congolais. Ceux-ci se sont en effet emparés après d’intenses combats, du camp militaire de Rumangabo, un poste stratégique de l’armée régulière, à une cinquantaine de kilomètres au nord de Goma, la capitale provinciale du Nord-Kivu. Vendredi, les hommes du CNDP ont toutefois évacué le camp, à la demande de la Mission de l’ONU en RDC (MONUC).

Une situation qui se dégrade

Depuis fin août, des combats opposent régulièrement l’armée congolaise à la rébellion de Laurent Nkunda dans cette région, en dépit d’un cessez-le-feu signé par les différentes parties au conflit, en janvier 2008. Les combats touchent désormais la région voisine de l’Ituri. Joseph Kabila a félicité ses forces armées pour leur résistance, tout en appelant ses concitoyens à une « vigilance sans faille », face à ceux qui, dit-il, convoitent les richesses de son pays. Il a également accusé ouvertement le Rwanda voisin d’envoyer ses troupes soutenir les rebelles, ce que Kigali a démenti.

La dégradation de la situation au nord-est de la RDC préoccupe vivement l’Union africaine (UA). Jean Ping, le patron de l’UA devait se rendre vendredi en RDC, où pendant trois jours, il envisagera avec les autorités congolaises, les solutions pour un retour au calme au Nord-Kivu et amener la stabilité dans la région.

Lire aussi:

 RDC – Rwanda : la tension monte dangereusement

 Laurent Nkunda appelle les Congolais à la révolte

 Kabila et Kagamé à couteaux tirés

 RD Congo : nouveaux affrontements au Nord-Kivu