JO 2012 : Lamine Diack couronne Usain Bolt

Usain Bolt a reçu ce lundi sa médaille d’or des mains du Sénégalais Lamine Diack, 79 ans, président de l’Association internationale des fédérations d’athlétisme (IAAF). Lors de la cérémonie, les regards étaient logiquement tournés vers l’athlète jamaïcain plutôt que vers le vieil homme. Pourtant, ce dernier est sans doute l’Africain le plus important de ces Jeux olympiques (JO) de Londres.

Usain Bolt a été couronné roi du sprint ce lundi soir. Le météore jamaïcain a conservé son titre sur le 100 m en 9 »63 devant son compatriote Yohan Blake et l’Américain Justin Gatlin. Les séries, au cours desquelles il avait semblé manquer de vitalité, étaient bel et bien du bluff de la part de l’athlète, sans doute le plus joueur de la planète. Rarement un sportif avait été autant attendu au tournant. Il n’a laissé aucune chance à ses concurrents, c’est lui le patron, à lui l’or ! La médaille d’or lui a été remise par le vieux Sénégalais Lamine Diack, 79 ans, président de l’Association internationale des fédérations d’athlétisme (IAAF). Lui aussi mériterait une médaille ! Il est le premier Africain à avoir présidé l’IAAF.

L’organisation a été fondée le 17 juillet 1912 lors du congrès de Stockholm, par des représentants de 17 fédérations nationales d’athlétisme, avant de s’installer à Londres puis à Monaco. Pour résumer, elle organise les compétitions sportives internationales et standardise les méthodes de chronométrage et de prise de mesure. Elle s’occupe également d’enregistrer et de valider les records du monde lors des épreuves officielles. L’IAAF se doit également d’établir un classement pour chaque épreuve ainsi qu’un classement global des athlètes. Autrement dit, son rôle n’est pas négligeable au cours de ces Jeux olympiques (JO) de Londres, où Lamine Diack est l’une des personnalités les plus importantes.

L’Africain le plus puissant des JO ?

Lamine Diack est un ancien athlète sénégalais spécialiste du saut en longueur, puis footballer au sein du club dakarois du Foyer France Sénégal (FSS), qu’il entraînera par la suite. Il y introduira le célèbre système de la défense en ligne, pour ensuite devenir directeur technique de l’équipe du Sénégal de 1964 à 1968. Il devient également membre du comité national olympique du Sénégal puis le préside dès 1985, et ce jusqu’en 2002. Parallèlement, il s’est engagé en politique, en devenant par exemple maire de Dakar et membre du Parlement. Certains voyaient même en lui un éventuel futur président de la République du Sénégal.

Au niveau international, il occupe d’abord rapidement le poste de vice-président de l’IAAF, puis en devient président lors d’une séance extraordinaire en décembre 1999 suite à la mort de Primo Nebiolo. Il a été réélu le 24 août 2011 pour un mandat de quatre ans, par 173 voix pour et 27 contre. A 79 ans, Lamine Diack est un monument de l’athlétisme international. Il était le mieux placé pour sacrer Usain Bolt, le génie du sprint.

Lire aussi :

 JO Londres 2012

 Le sport en bref…