Inondations au Sénégal : le président Macky Sall suspend ses vacances

Face aux fortes précipitations qui se sont abattues sur le pays, le président sénégalais a décidé d’écourter ses vacances. Dimanche, le plan Orsec avait été décrété.

(De notre correspondant)

Les eaux diluviennes ont changé le visage de la capitale sénégalaise car elles ont occasionné plusieurs dégâts matériels et au moins une dizaine de personnes sont mortes. Le président Macky Sall, en vacances en Afrique du Sud, a décidé d’interrompre ses congés.

Le président de la République devait arriver à Dakar ce mardi dans la soirée. Il rentre d’Afrique du Sud pour marquer sa présence et mettre en place une stratégie afin de résoudre le problème des inondations. Dans un communiqué, le chef d’Etat salue l’élan de solidarité : « Le président de la République se félicite de la participation de tous les citoyens à l’élan de solidarité nationale manifestée à travers le pays et encourage le gouvernement à de la réactivité face aux inondations dans l’ensemble du pays », annonce un communiqué de la présidence.

Dimanche, déjà, le plan Orsec avait été déclenché. Des moyens humains et logistiques avaient ainsi pu être débloqués.

Des pertes en vie humaine

Cependant de nouveaux morts se font compter chaque jour, depuis le week-end dernier, dans plusieurs régions du Sénégal. Selon les autorités policières, une dizaine de personnes ont perdu la vie entre samedi dernier et ce mardi. Huit personnes sont mortes dans la région de Dakar et deux personnes à Touba (centre). A Diaoulé (Fatick), l’effondrement d’un bâtiment a causé la mort de trois enfants, dont un bébé de 2 mois, et dans la ville de Kaolack, un baobab est tombé sur une maison et fait plusieurs blessés graves.

La colère des sinistrés

Elles sont nombreuses, chaque année, les victimes des inondations, malgré les promesses des autorités. Elles demandent la construction de canalisations pour évacuer les eaux.

En banlieue, l’impact est particulièrement négatif. Famara Mané, de Djidda Thiaroye (région de Dakar), déclare ainsi que les familles victimes de ce phénomène depuis des années ont tout perdu : l’eau envahissait même les chambres. Face à l’urgence, certains sinistrés n’ont d’autre choix que d’envoyer les membres de leur famille les plus fragiles chez de proches parents. Et le ton monte. Les jeunes des quartiers des Hlm Grand Yoff, de la Patte d’Oie et de Grand Médine ont ainsi manifesté leur colère à travers une marche. Celle-ci n’était toutefois pas autorisée et les forces de l’ordre sont intervenues, à coups de grenades lacrymogène.

Mardi, le président Macky Sall avait même parlé de supprimer le Sénat, afin de récupérer des fonds pour aider les secours. « J’ai décidé de soumettre en procédure d’urgence un projet de loi constitutionnel pour la suppression du Sénat. Les ressources prévues pour cette institution –près de huit milliards FCFA (soit 12 195 921 euros)– seront ainsi consacrées à la solution des inondations », avait-il ainsi précisé selon l’APS. Un projet auquel s’oppose l’ancien ministre Elhadj Amadou Sall, membre du Parti démocratique sénégalais (PDS).

Lire aussi :

 Sénégal : les pluies diluviennes tuent six personnes

 Sénégal : Goodluck Jonathan opte pour la reconquête du Nord-Mali

 Sénégal : vives réactions des ONG après un nouveau cas de torture perpétré par les forces de l’ordre