Incident diplomatique entre Maroc et Algérie : les dernières nouvelles

Le roi du Maroc, Mohammed VI et le Président algérien, Abdelmadjid Tebboune

Des propos attribués au consul du Maroc à Oran, en Algérie, ont ouvert la porte à une nouvelle crise diplomatique entre l’Algérie et le Maroc. Durant le weekend, un climat d’apaisement semble avoir vu le jour après un entretien entre Rabat et Alger. Les détails.

Selon les dernières informations parues dans la presse marocaine, le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, s’est entretenu par téléphone avec son homologue algérien, Sabri Boukadoum. L’entretien, qui a eu lieu le vendredi 15 mai, airait porté sur les relations bilatérales entre le Maroc et l’Algérie. De toute évidence, l’incident diplomatique à Oran a été au centre des échanges. Retour sur la faits qui ont déclenché cette nouvelle tension entre Alger et Rabat.

Alors qu’il s’adressait à des ressortissants marocains bloqués à Oran, en Algérie, du fait de la maladie à Coronavirus, le consul du Maroc, face à ses concitoyens désemparés et qui réclamaient leur rapatriement, aurait qualifié l’Algérie de pays ennemi. Ces propose ont été partagés sur les réseaux sociaux depuis mercredi. Le consul a démenti avoir tenu ces propos et parle de montage honteux. Face à ce qu’elles ont considéré de dérapage, les autorités algériennes ont convoqué l’ambassadeur du Maroc en Algérie.

A lire : Armement : après l’Algérie, le Maroc se blinde

Pour le ministre algérien des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum, « la qualification par le consul général du Maroc à Oran, si elle venait à être établie, de l’Algérie de ‘‘pays ennemi’’ est une violation grave des us et coutumes diplomatiques, qui ne saurait être tolérée ». « C’est également une atteinte à la nature des relations entre deux pays voisins et deux peuples frères, ce qui requiert des autorités marocaines la prise des mesures appropriées pour éviter les répercussions de cet incident sur les relations bilatérales», a indiqué un communiqué de la diplomatie algérienne.

Heureusement que le calme est revenu, durant le weekend, grâce à la diligence des chefs de la diplomatie des deux pays qui se sont entretenu par téléphone. Selon Le 360, les deux chefs de la diplomatie de leurs pays respectifs, Nasser Bourita pour le Maroc et Sabri Boukadoum pour l’Algérie, ont convenu, au cours de l’entretien téléphonique, de ce que ce genre d’affaires ne se règle pas sur les réseaux sociaux, mais entre responsables dûment mandatés pour le faire.

A lire : Sahara, Tebboune charge : Algérie et Maroc se crêpent (encore !) le chignon