Armement : après l’Algérie, le Maroc se blinde

Le roi du Maroc, Mohammed VI

Le Maroc renforce son armée avec l’acquisition de nouveaux appareils de guerre : achat qui intervient quelques semaines seulement après que son voisin algérien ait acquis un lot de matériels militaires.

L’information a été donnée par l’Agence américaine de coopération pour la défense (DSCA-Defense Security Cooperation Agency), et reprise par ObserAlgerie qui met expose ainsi la rivalité militaire entre le Maroc et l’Algérie. Il a en effet été indiqué que suite à une commande d’engins de guerre par les autorités algériennes, Rabat a emboîté le pas à Alger en procédant à de nouvelles acquisitions.

Le royaume aurait ainsi commandé auprès des Etats-Unis des véhicules blindés, au nombre de 25, pour un montant global de 239,35 millions de dollars. Il s’agit principalement de voitures blindées de type Hercules M88 remises à neuf. Dans les acquisitions du royaume figurent aussi des mitrailleuses, des lance-grenades et divers engins militaires.

A lire : Armement : le Maroc est la 57e puissance militaire mondiale

Pour justifier ces achats, le Maroc indique vouloir « améliorer sa capacité à répondre aux exigences actuelles et futures de récupération des véhicules de combat et moderniser ses forces armées ». Pour sa part, il y a seulement quelques semaines, plus précisément en janvier dernier, l’Algérie a procédé à l’acquisition de trois modèles d’avions russes de type Sukhoï. 42 appareils, dont 14 Su-57, 14 Su-34 et 14 Su-35 ont été acquis au bénéfice des forces de défense algériennes.

On se rappelle, fin 2019, Export.gov avait indiqué que le Maroc avait sollicité l’acquisition de 24 hélicoptères d’attaque de type Apache pour un coût global d’1,5 milliard de dollars. Toujours en 2019, il avait été attribué au Maroc un projet d’acquisition de sous-marins pour renforcer son armée. Cette décision du Maroc intervenait après la mise en service par l’Algérie de deux nouveaux sous-marins russes.

A lire : Armement : l’Algérie réceptionne 2 hélicoptères d’attaque russes