Idir, l’identité décomplexée

Comment parler d’Idir ? Dire que c’est un musicien kabyle, un intellectuel ne suffit pas. Un apôtre de la paix doublé d’un génie… Son site est une mine d’informations sur son dernier album. Car si l’artiste est prolixe pour parler de son oeuvre musicale, il se ferme très vite dès qu’il s’agit de sa personne. Un site pour mélomanes. Pour les fans de sa musique. Et ils sont nombreux.

Leçon de tolérance. Le chantre de la musique moderne kabyle est un tolérant impénitent.  » J’ai toujours été confronté à un dilemme de taille : comment être algérien à part entière et vivre mon identité berbère entièrement à part ? Fier d’appartenir à un pays qui a retrouvé son indépendance au prix de sept années de lutte, baignées de larmes et de sang, je me suis senti frustré de ne pas être reconnu dans ma culture maternelle, les pouvoirs en place ayant installé une identité de substitution de nature idéologique. Heureux de vivre dans mon pays d’accueil, la France, que j’aime et dont j’aime les enfants, je me pose cependant des questions « , s’interroge Idir. Et c’est en cherchant les réponses qu’il a sorti un album intitulé  » Identités « . Au pluriel.

Apôtre de la paix

Il trouve son équilibre dans le partage.  » Je me sens appartenir à deux pays. L’un m’a enfanté et m’a donné une origine, une histoire et une identité. L’autre m’a adopté et m’a offert un parcours dans lequel je m’exprime totalement « , affirme l’enfant de Beni Yenni. C’est ce souci de partage qui motivera son choix de faire des duos avec une pléthore d’artistes de tous horizons (Maxime Le Forestier, Manu Chao, Karen Matheson, Dan Ar Braz…). Musicalement, cet album est un bijou, un  » métissage cosmopolite  » comme on les aime. Si vous ne l’avez pas encore, direction le premier disquaire.

France-Algérie.  » Tel un enfant déchiré par la séparation de ses parents, je suis obsédé par le désir permanent d’établir un pont entre ces deux rives qui me sont chères, étant certain qu’elles ont une identité et une histoire à vivre ensemble « , confie Idir. Pari réussi avec  » Identités « .

Commander le disque.

Lire aussi :

Idir chante sa « France des couleurs »

Idir : deux rives, un rêve