Hakim el Karoui : «aujourd’hui, l’Euro-Méditerranée n’existe pas»

La première édition du forum des Jeunes Leaders Méditerranéens (Young Mediterranean Leaders-YML) se tient du 16 au 18 octobre à Tunis. D’après ses organisateurs, il a pour objectif de créer un réseau de décideurs de part et d’autre de la Méditerranée, de favoriser l’intégration de cette zone. Cette initiative qui se veut indépendante regroupe dès ce jeudi environ 200 jeunes (35-40 ans) managers du secteur privé, des personnalités politiques et des artistes, des écrivains etc…

Hakim El-Karoui, cofondateur du forum YML, est aussi directeur adjoint de la banque Rothschild en charge des marchés émergents. Agé de 37 ans, il est agrégé de géographie et titulaire d’un DEA de géopolitique sur la Palestine. Cet ancien de l’École normale supérieure a créé en 2004 avec Rachida Dati, conseillère de Nicolas Sarkozy à l’époque, et Béchir Mana, conseiller de Jacques Chirac, le Club XXIe siècle, un cercle de réflexion qui regroupe des personnalités issues de la deuxième, voire de la troisième génération de l’immigration. Entre 2002 et 2005, Hakim El Karoui a été conseiller et « plume » du Premier ministre Jean-Pierre Raffarin. Partisan de l’intégration euro-méditerranéenne, il explique à Afrik.com les motivations et les objectifs de ce forum dont il est le cofondateur.

Afrik.com: Pourquoi un forum des Jeunes leaders méditerranéens ?

Hakim El Karoui:
Cela fait 3 à 4 ans que nous pensions à un forum de ce genre. Notre point de départ est que l’Euro-méditerranée, aujourd’hui, n’existe pas. L’intégration économique est en baisse et il y a beaucoup de problèmes au niveau de l’intégration politique, culturelle, etc. Notre premier objectif est de créer un réseau de jeunes qui seront demain les dirigeants de la zone méditerranéenne. Nous comptons ainsi favoriser l’intégration de cette zone, déjà par notre existence et ensuite en apportant des propositions et des projets concrets. L’Union pour la Méditerranée est une belle initiative mais qui, pour l’instant, reste théorique.

Afrik.com:Peut-on dire que le forum YML est en quelque sorte une antichambre de l’Union pour la Méditerranée?

Hakim El Karoui:
Non. Notre initiative est privée et nous sommes complètement indépendants. L’Union pour la Méditerranée est certes un projet louable, mais au-delà des discours qu’est ce qui est proposé concrètement ? Quelle va être la prochaine étape après tout ce qui a été dit jusqu’ici ? Sachant qu’il y a de sérieux obstacles politiques. Le forum YML n’est pas dans une démarche institutionnelle. Nous voulons créer un cadre, un moyen d’action, des opportunités que les pays riverains de la Méditerranée peuvent saisir.

Afrik.com:Sur quoi va aboutir cette rencontre ?

Hakim El Karoui:
Nous allons confier une dizaine de projets aux participants du forum. On songe par exemple à un marché intégré pour les retraités des pays du Nord à qui on peut proposer des lieux de repos et des cadres de vies agréables dans des pays du sud. Cela permettra de résoudre le problème de la prise en charge des personnes âgées dans les pays du Nord et en même temps favoriser la création d’emplois dans les pays du sud. Nous souhaitons aussi créer une sorte de Think thank en Europe qui aura, entres autres, pour vocation de réfléchir sur le bon fonctionnement du réseau et sur des projets qui peuvent être mis en œuvre.

Afrik.com: Qui sont vos partenaires sur cet événement ?

Hakim El Karoui:
Ce sont essentiellement des entreprises, convaincues des opportunités que peut créer un rapprochement des deux rives de la Méditerranée. Parmi elles, Suez, La Poste Maroc, McKinsey, Ernst & Young, BNP Paribas….

Afrik.com: Avez-vous eu des soutiens politiques, notamment de la France ?

Hakim El Karoui:
Non. Nous n’avons pas eu de soutien politique. La démarche a été appréciée au niveau du gouvernement français mais nous n’avons pas reçu de financement. La France ne finance pas des événements qui ne se déroulent pas sur son territoire.

Afrik.com:Cette première édition du forum va réunir des ressortissants de dix pays. Pourquoi vous limitez-vous seulement à dix pays sachant que l’espace méditérrannéen en compte plus [[France, Espagne, Italie, Portugal, Malte, Maroc, Algérie, Tunisie, Libye et Mauritanie]] ?

Hakim El Karoui:
Nous avons commencé par l’ouest de l’Europe par ce que c’est plus simple. Je ne vous le cache pas cette rencontre a été très compliquée à organiser. Pour nous, c’était plus simple de commencer par l’Ouest pour ensuite élargir le projet à d’autres pays.

Lire aussi:

 Union pour la Méditerranée : le ni oui ni non de Bouteflika

 Les pays de Méditerranée occidentale réunis à Lisbonne

 Védrine : pour une relance du partenariat euro-méditerranéen