Guinée Equatoriale Acte I : Sagesse et Ambition

eeg_toute_la_salle.jpg

Le Symposium international Emerging Equatorial Guinea (EEG 2014) s’est ouvert ce lundi 3 février 2014 sous le double signe de la Sagesse et de l’Ambition. Sagesse d’abord, avec les propos éclairants du chef de l’Etat équato-guinéen et des anciens chefs d’Etat réunis pour une ouverture hors norme. Ambition ensuite, avec la présentation par les représentants du gouvernement équato-guinéen des différents secteurs de croissance ouverts à l’investissement international.

L’enjeu de ce Symposium international est tout entier là : faire entrer la Guinée Equatoriale dans une dynamique d’investissement mondial qui peut aujourd’hui profiter aux pays africains dont les infrastructures permettent de développer rapidement des activités nouvelles. Comme le soulignait avec force l’ex Président nigérian Obasanjo, « L’Afrique connaît aujourd’hui une situation favorable à son développement, du fait de la crise que traversent les nations les plus développées. Elle doit en profiter rapidement, car une telle fenêtre d’opportunité se ferme toujours assez vite ». L’histoire se répète, mas les occasions doivent être « saisies aux cheveux », comme le disait un vieux proverbe latin, avant qu’elles ne s’éloignent…

eeg_chefs_d_etat.jpg

Une très large ouverture économique

Quels sont donc les secteurs qui s’ouvrent ici en Guinée Equatoriale à des investissements étrangers ? La réponse est livrée par la présence sur la scène du Symposium, à la fin de la première matinée des Ministres guinéens des Finances et du Budget, Marcelino Owono Edu, organisateur de la Conférence, mais aussi de l’Agriculture et des Forets, Alfred Mitogo Mitogo, de la Pêche et de l’Environnement, Crescencio Tamarite Castaño , des Mines de l’Industrie et de l’Energie, Gabriel Mbega Obiang Lima, de la Culture et du Tourisme, Guillermina Mekuy Mba Obono, du Commerce et de la Promotion des Entreprises, Celestino Bonifacio Bakale Obiang, des Travaux Publics et des Infrastructures, Juan Nko Mbula, de l’Economie, de la Planification et de l’Investissement public, Conrado Okenve Ndoho.

conference_eeg_2.jpg

Création d’un fonds public de co-investissement de 800 Ms d’€

Autant de secteurs qui sont aujourd’hui dans une position d’ouverture face aux investissements internationaux, que le Président Obiang Nguema Mbasogo a symbolisée ce matin par l’annonce de la création par l’Etat d’un fonds de co-investissement d’un montant de 500 milliards de Francs CFA, soit 800 millions d’Euros environ, financé par les revenus du Pétrole, afin d’encourager une dynamique de co-investissement dans tous les secteurs concernés de l’Economie équato-guinéenne.

eeg_toute_la_salle.jpg

En clair, pour toutes les activités susceptibles d’apporter de la croissance à la Guinée, les investisseurs étrangers sont les bienvenus, que ce soit dans le domaine des services, de l’industrie, ou même des activités primaires comme l’agriculture, dont l’ancien Président mozambicain Joaquim Chissano (Prix Mo Ibrahim 2006 pour sa Bonne Gouvernance) soulignait l’importance cruciale pour l’Afrique, qui non seulement doit envisager son autosuffisance alimentaire mais surtout devenir l’un des greniers du monde !

Ne pas oublier la dimension sociale…

Troisième et dernière condition d’un développement économique durable et auto-entretenu, soulignée dès l’ouverture par l’ancien président du Bostwana Festus Gontebanye Mogae : que les besoins sociaux premiers de la population, logement, accès à l’eau potable et à l’électricité, éducation et santé, soient correctement pris en compte par l’Etat dans sa dynamique de développement.

eeg_public_obiang.jpg

C’est donc à ces besoins que le Président Obiang Nguema Mbasogo souhaite répondre à travers son vaste programme de construction d’habitat social, permettant aux citoyens guinéens d’accéder à la propriété et au confort (eau, électricité) pour un prix d’entrée de 1,5 million de Francs CFA et un loyer variable mensuel adapté à leurs revenus, jusqu’au remboursement final de leur maison à hauteur de 10 millions de francs CFA (15000 € environ).

D’une économie pétrolière à une économie diversifiée.

La situation actuelle de la Guinée équatoriale constitue une phase historique décisive : l’afflux de capitaux apporté par l’exploitation du pétrole permet de construire, en l’espace de deux décennies environ, une prospérité durable appuyée sur des infrastructures de qualité, un accès partagé au confort et à la sécurité via le logement, l’eau, l’électricité, l’alimentation, la santé, et surtout une diversification économique rapide.

La manière dont la transition d’une économie de rente primaire à une économie ouverte et diversifiée sera conduite permettra, ou non, à la Guinée de s’inscrire durablement sur la carte économique du monde. Le véritable enjeu de ce symposium est de faciliter la réussite de cette transition.