Grève de la faim des réfugiés mauritaniens au Sénégal

telechargement_9_-2.jpg

Les réfugiés mauritaniens vivant au Sénégal, engagés dans une grève de la faim depuis le 19 juin 2012 dénoncent le racisme d’Etat qui a été à l’origine de leur déportation et la précarité de leurs conditions de vie dans les camps de réfugiés et dans les grandes villes comme Saint Louis, Thiès et Dakar.

Depuis le déclenchement de leur mot d’ordre de grève, des personnalités politiques, des dignitaires et des militants des droits humains sont passés les voir pour leur apporter un soutien moral. La présidente de l’Association d’Aides aux Veuves et aux Orphelins de Mauritanie (AVOMM), basée en France est venue leur rendre une visite de soutien.

C’est par un après-midi nuageux de ce mercredi 29 aout que la présidente de l’Association d’Aides aux Veuves et aux Orphelins de Mauritanie (AVOMM), madame Rougui Dia a, au nom de son organisation non-gouvernementale, rendu une visite de solidarité et de soutien aux réfugiés mauritaniens vivant au Sénégal et qui sont en grève de la faim depuis le 19 juin 2012 pour protester contre la précarité de leurs conditions de vie et l’oubli qui les menace.

« Je tiens d’abord à vous apporter les salutations militantes de tous les membres et sympathisants de l’AVOMM France. Au sein de mon organisation l’AVOMM, nous tenons à vous témoigner notre solidarité et notre soutien. Nous tenons à insister sur le fait que l’on soit en France, au Sénégal, aux USA ou en Mauritanie, la lutte est la même. Nous devons penser à aller vers l’essentiel ; c’est-à-dire l’Unité d’action pour créer une autre Mauritanie non raciale et démocratique », a déclaré la présidente de l’AVOMM.

Elle a aussi encouragé les femmes engagées dans cette grève de la faim avant de lancer un appel à toutes les femmes de la Mauritanie pour aider leurs sœurs engagées dans ce bras de fer contre les autorités du Haut-Commissariat aux Nations Unies pour les Réfugiés. Elle a remis aux réfugiés un soutien symbolique de son organisation et a demandé à ce que les organisations puissent travailler avec une plus grande coordination dans l’avenir.

telechargement_9_-2.jpg
Pour leur part, les réfugiés, se sont réjouis de cette visite de soutien et ont remercié la présidente de l’AVOMM de ce déplacement.

« Au nom de tous mes camarades, je vous remercie d’être venue nous voir. Cela nous va droit au cœur et nous réconforte dans ces moments de combat. Nous prenons acte de vos suggestions et ferons tout pour renforcer les relations entre notre coordination et l’AVOMM », a expliqué Aljouma Cissoko de la Coordination des Réfugiés Mauritaniens au Sénégal.
Rappelons que l’Association d’Aides aux Veuves et aux Orphelins de Mauritanie (AVOMM) a été créée en 1995 à Paris par d’ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l’oppression, la barbarie qui sévissaient en Mauritanie. Les membres de l’AVOMM sont les auteurs de la plainte contre Taya introduite à Bruxelles.

Par Abda Wone

Lire aussi :

Le Maroc chasse les immigrés clandestins

Paris et Rabat, vers « une immigration apaisée »

Valls tend la main aux immigrés