Paris et Rabat, vers « une immigration apaisée »

Le ministre français de l’Intérieur, Manuel Valls, en visite jeudi au Maroc a plaidé pour une « immigration apaisée ». Il a affirmé que l’octroi de visas français pour les ressortissants marocains serait facilité. La France et le Maroc souhaitent ainsi renforcer leur coopération sur la question de l’immigration et de la sécurité.

« Une immigration apaisée ». C’est ce en faveur de quoi Manuel Valls, ministre français de l’Intérieur, a plaidé lors de sa visite à Rabat. Il a été reçu par le roi Mohamed VI, après un entretien avec le chef du gouvernement, l’islamiste Abdelillah Benkirane.

Le ministre français rompt ainsi avec la politique migratoire du précédent gouvernement qui avait suscité beaucoup de tensions dans le pays. « Nous accordons une grande attention à la gestion des flux migratoires et on a besoin d’apaisement à cet égard (…) ; Sur l’échange d’étudiants, nous préconisons une plus grande fluidité », a-t-il déclaré.

Le ministre français a également envoyé un autre message d’espoir. Il a indiqué que la France faciliterait l’octroi de visas aux ressortissants marocains. Selon lui, « on peut améliorer les choses en facilitant en termes administratifs les mobilités avec la réduction du nombre de documents exigés et en simplifiant les documents requis ». Sur la question des naturalisations, il a indiqué que les délais d’octroi seraient réduits dans le respect des principaux critères, notamment la maitrise de la langue.

Un partenariat sur la question des flux migratoires

La France est la première terre d’immigration des Marocains devant l’Espagne. Au moins 1,3 million d’entre eux résident dans l’Hexagone. En 2010, 463 000 Marocains étaient détenteurs d’un titre de séjour en France, soit la deuxième communauté, hors Union européenne, après les Algériens. Sur la question de l’Islam, Manuel Valls a assuré que « le temps de l’exploitation de l’islam à des fins électorales en France est terminé. Les autorités françaises souhaitent que les musulmans pratiquent leur religion dans l’esprit de sérénité et de respect des lois de la République. »

Manuel Valls a également insisté sur le renforcement du partenariat entre la France et le Maroc sur la sécurité et les flux migratoires. Il estime que la coopération entre les deux pays, particulièrement entre les ministères de l’Intérieur, doit être une « relation d’égal à égal » pour faire face « aux mêmes défis migratoires qui sont les plus grands défis de demain dans le monde ». Pour le ministre, « les relations entre les deux parties sont incontestablement autant d’atouts qui ne manqueront pas de gagner en efficacité ».

Toutefois le ministre marocain des Affaires étrangères et de la coopération, Saad Dine El Otmani, a affirmé que le Maroc « refuse de jouer le rôle de gendarme de l’Europe » en matière de circulation des personnes, rappelant que Rabat n’a pas signé un accord relatif à la gestion concertée des migrations du fait qu’il comporte des dispositions « inappropriées ».

Lire aussi :

 Valls tend la main aux immigrés