Gabon : Ali Bongo mort ou vivant, les Gabonais veulent la vérité

le Président du Gabon, Ali Bongo Ondimba

Les spéculations sur la santé du Président du Gabon, Ali Bongo Ondimba, vont bon train. Le chef de l’Etat est-il vivant ou mort ? Les Gabonais sont plus que décidés à savoir.

Au Gabon, la confusion s’amplifie avec l’absence prolongée du Président Ali Bongo, qui devrait encore se trouver à Riyad, en Arabie Saoudite. Son évacuation vers Londres ou Rabat est annoncée et pourrait se faire incessamment. C’est dans ce contexte de flou total que les Gabonaises et Gabonais haussent le ton pour connaître la vérité sur l’état de santé de leur dirigeant.

A lire : Vidéo, Maroc, Mohammed VI s’endort en public : alerte au « syndrome » Ali Bongo du Gabon

Ce vendredi 23 novembre 2018, Jean Eyéghé Ndong, sénateur du 2ème arrondissement de la commune de Libreville, a tenu son rassemblement visant à réclamer la vérité sur l’état de santé d’Ali Bongo, hospitalisé à Riyad en Arabie Saoudite depuis un mois. En plus de réaffirmer la victoire supposée de Jean Ping lors de la Présidentielle d’août 2016.

A lire : Gabon : Ali Bongo est « conscient » et « a petit à petit retrouvé l’usage de la parole »

« Nous nous plaignons de l’opacité qui règne au niveau de l’Etat. On ne nous dit rien. Ou bien, quand on nous dit quelque chose, c’est faux. Nous réclamons la vérité. Ali Bongo, qu’on l’ait élu ou pas, il se trouve que c’est lui qui est le Président du Gabon. Mais il est absent du Gabon depuis un mois. Nous avons appris qu’il est parti à Riyad, et là-bas, il est tombé malade, nous sommes préoccupés par son état de santé. On ne nous informe pas », a dénoncé le président du groupe parlementaire Front uni au Sénat.

A lire : Gabon : Jean Ping cherche-t-il à destituer Ali Bongo ?

Jean Eyéghé Ndong, qui estime que le bulletin de santé d’Ali Bongo aurait dû être régulièrement porté à la connaissance des Gabonais, accuse la présidente de la Cour constitutionnelle, Marie Madeleine Mborantsuo, de faire partie des personnes chargées de dissimuler la vérité sur la véritable ampleur des ennuis de santé du chef de l’Etat.