France : cantonales et dérapages racistes

Le racisme s’invite dans les élections cantonales françaises. De la campagne électorale sans véritable couverture médiatique, on ne retiendra que les propos outranciers de plusieurs candidats UMP, tentés de jouer sur le terrain du Front national pour palier un déficit de popularité de la majorité.

« Je sens que je vais terminer comme Eric Zemmour ». Sur sa page Facebook ouverte à tous (aujourd’hui supprimée), Josaine Plataret, candidate suppléante UMP aux élections cantonales en Ardèche, s’amuse de sa propre audace. Adepte de blagues racistes, en particulier à l’encontre de la communauté maghrébine, sa passion lui a valu une suspension immédiate par le parti majoritaire. N’est pas Brice Hortefeux qui veut. A la veille du premier tour du 20 mars, retour sur une campagne dont le principal fil rouge aura été la question du racisme.

Quand il y en a un, ça va

« Comment appelle-t-on un A]rabe tombé dans une bassine d’eau bouillante ? », interroge le 15 janvier sur sa page Facebook Josaine Plataret. Réponse, assortie d’un point d’exclamation de circonstance : « Un gris bouilli ! ». SOS-Racisme Rhône-Alpes, qui a révélé mercredi de nombreuses blagues du même goût, a dénoncé « des propos stigmatisants extrêmement dangereux », [captures d’écran à l’appui.

Face à la polémique prévisible, les regrets affichés de la candidate suppléante ne lui auront pas été d’un grand secours. La direction de l’UMP a en effet rapidement fait savoir dans un communiqué qu’elle « se désolidarise totalement des propos indignes tenus de manière répétée par Josaine Plataret ». Selon Guillaume Ayné, directeur-général de SOS Racisme, le comité local de l’association anti-raciste étudie actuellement la faisabilité du dépôt d’une plainte.

Lundi déjà, Rue89 publiait sur son site un tract problématique en faveur du candidat UMP Geoffroy Didier, conseiller de Brice Hortefeux jusqu’au départ de ce dernier du ministère de l’Intérieur. « Non aux minarets dans le département du] Val-d’Oise ! », lance entre autres slogans le document, en référence au [référendum suisse de 2009. En beaucoup plus petit, comme pour se dédouaner, l’équipe de Didier précise que « chacun a naturellement le droit d’exercer sa religion ». Dans une campagne électorale qui ne passionne pas les foules, la perspective d’une abstention élevée et d’un score plutôt important du Front national (FN) « pousse les candidats UMP à développer des thèmes proches de ceux de l’extrême droite », s’inquiète Guillaume Ayné.

Discours ouvriériste et politique libérale

Marine Le Pen, nouvelle dirigeante du Front national (FN), figure au cœur des préoccupations politiques et médiatiques françaises, en particulier depuis un sondage publié le 7 mars par Le Parisien, qui la donnait en tête au premier tour de l’élection présidentielle de 2012[La méthode du sondage a été critiquée, par exemple dans l’émission « La Ligne jaune » d'[Arretsurimages.net.]]. La fille de Jean-Marie Le Pen affiche une volonté de défaire le parti de l’image sulfureuse de son père.

« Le FN développe un discours ouvriériste, malgré un programme économique qui reste en fait libéral », explique Guillaume Ayné.
Dans le cadre de cette « stratégie évidente », Annie Lemahieu, candidate FN dans le Nord, et Fabien Engelmann, candidat FN en Moselle ont revendiqué durant la campagne des cantonales leur appartenance respective à Force ouvrière (FO) et à la Confédération général du travail (CGT), deux organisations de travailleurs. Une attitude qui remet en cause le principe français d’indépendance des syndicats vis-à-vis des partis politiques.

Logiquement suspendus par FO et la CGT, les deux candidats auront permis au FN de dénoncer le 10 mars les « discriminations politiques qui sévissent au sein de certaines organisations syndicales françaises » et d’annoncer la création du Cercle national de défense des Travailleurs Syndiqués, « qui n’est pas un syndicat » mais qui vise à défendre les travailleurs frontistes. Une tentative de création de syndicats frontistes, dans les années 1990, avait été invalidée par la justice.

Peu impressionné par cette « réorientation dans le verbe », Guillaume Ayné invite à la méfiance : « Cette semaine, dans le Rhône, un candidat FN, Maxime Chaussat, a été [mis en cause par la justice] pour des tags et inscriptions racistes » aussi subtiles que « Islam dehors » ou « A mort les porcs ». L’intéressé nie avoir participé, mais reconnaît avoir été sur les lieux avec trois autres taggers présumés, qui ont reconnu les faits. Le directeur-général de SOS Racisme y voit « un signe que le parti n’a pas véritablement évolué » depuis l’arrivée de Marine Le Pen à sa tête.

Violence

A l’UMP, face à la montée supposée du FN, l’état-major multiplie les déclarations clivantes. « Les Français, à force d’immigration incontrôlée, ont parfois le sentiment de ne plus être chez eux », a déclaré jeudi le nouveau ministre de l’Intérieur, Claude Guéant. Dans Le Monde de mercredi, l’ancien Secrétaire général de l’Elysée jugeait par contre « constitutionnellement impossible » l’interdiction des prêches en arabe dans les mosquées, proposée par le président de l’UMP, Jean-François Copé. Un « débat sur l’islam », renommé en « débat sur la laïcité », provoque par ailleurs depuis plusieurs semaines des divisions publiques au sein du parti.

La campagne de 2012 s’annonce « violente », analyse Guillaume Ayné, qui ne perd pas espoir pour autant : « Les Français expriment un ras-le-bol face à l’instrumentalisation des questions d’insécurité, on le voit avec la baisse de la popularité de Nicolas Sarkozy ». La campagne de 2002, marquée par les sujets anxiogènes, avait été critiquée a posteriori, après l’accès au second tour de la présidentielle du candidat Jean-Marie Le Pen.

Le corbeau de Grigny

A l’inverse des cas évoqués ci-dessus, à Grigny (Essonne) une vidéo qui accusait de racisme le candidat local du Front de Gauche[[Constitué du Parti communiste français et du Parti de gauche]], Claude Vasquez, a rapidement été critiquée comme une mise en scène. Postée sur YouTube de façon anonyme le 23 février, la vidéo présentait un discours proche du Front national. Mais Arnaud Champremier-Trigano, chroniqueur de la radio Europe 1, a démontré le 5 mars qu’il s’agissait probablement d’une « intox » :


Intox : les faux militants de Grigny par lepartidegauche

Pendant les quelques jours qui ont précédé cette mise au point, un début de polémique a visé le candidat. Les accusations du « corbeau », pseudonyme du blogueur accusateur, ont en effet été relayées par le Parti des Grignois (PDG), structure locale d’opposition composée de membres issus de l’immigration.

Voir aussi :

 Internet, les blagues et les Arabes

 Jean-Marie Le Pen : une maison loin des arabes…

Photo : Bureau de vote à Rouen (Haute-Normandie), 2007 (Flickr/Tonio Vega – Creative Commons)