Racisme : Brice Hortefeux condamné

« Il en faut toujours un. Quand il y en a un, ça va. C’est quand il y en a beaucoup qu’il y a des problèmes. ». Ses propos tenus en septembre 2009 par le ministre de l’Intérieur Brice Hortefeux, alors qu’il était en compagnie d’un jeune militant UMP d’origine maghrébine, ont été qualifiés de racistes par la justice française ce vendredi.

Le ministre de l’Intérieur Brice Hortefeux a été condamné ce vendredi pour injure raciale, rapporte Le Monde.fr. Les propos incriminés ont été immortalisés dans une vidéo publiée par le quotidien français le 10 septembre dernier. « Il ne correspond pas du tout au prototype », déclare Brice Hortefeux alors qu’il pose en compagnie d’un jeune militant d’origine maghrébine, le 5 septembre 2010, pendant le campus d’été des jeunes de l’UMP à Seignosse, dans les Landes. Puis, le ministre ajoute : « Il en faut toujours un. Quand il y en a un, ça va. C’est quand il y en a beaucoup qu’il y a des problèmes. »

Brice Hortefeux doit s’acquitter de 750 euros d’amende et de 2 000 euros de dommages et intérêts. Le tribunal correctionnel de Paris a estimé, indique Le Monde, « que l’injure n’était pas publique mais qu’elle stigmatisait les Arabes comme étant une source de problèmes ». Brice Hortefeux, selon son avocat Me Nicolas Benoît, fait appel de cette décision.

« Les Auvergnats sont donc vengés »

C’est le Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (MRAP) qui est à l’origine de la procédure judiciaire. L’un de ses avocats a d’ailleurs réclamé la démission de Brice Hortefeux après cette condamnation. L’opposition, au moment de la polémique, avait déjà suggéré que le ministre soit démis de ses fonctions par le président Nicolas Sarkozy. « La question n’est même pas de savoir s’il faut ou pas qu’il démissionne du gouvernement, mais que fait-il encore au gouvernement à cette heure-ci ? Le président de la République doit le démettre immédiatement », avait affirmé Benoît Hamon, le porte-parole du Pari socialiste.

Pour se défendre, Brice Hortefeux avait indiqué dans un communiqué que ses propos concernaient plutôt ses compatriotes Auvergnats. « Les Auvergnats sont donc vengés », concluait ce vendredi un journaliste belge dans un article publié sur le site de la RTBF.