Ecran total dit stop au massacre d’albinos

AnnieMokto.jpg

Victimes d’exclusion, de meurtres, de sacrifices, les albinos subissent les pires discriminations dans certains pays d’Afrique. A l’origine de cette persécution, l’ignorance et des croyances. L’association Ecran total, créée en juin 2010 à Bruxelles, par Annie Mokto, s’élève contre ces pratiques. Elle organise la projection d’un documentaire sur les massacres des albinos en Afrique et un débat, le 10 décembre à l’hôtel de ville de la capitale belge.

AnnieMokto.jpgAnnie Mokto est née au Cameroun. Étudiante en droit, elle vit en Belgique depuis 2002. Albinos elle-même, elle est très sensible aux maltraitances qui leur sont infligés en Afrique. Elle a créé l’association Ecran total dans l’objectif d’interpeller la communauté internationale sur cette problématique et permettre l’intégration socioprofessionnelle des albinos à travers des actions de sensibilisation.

Afrik.com : Pourquoi avoir créé cette association ?

Annie Mokto:
Je suivais un jour un documentaire à la télévision qui montrait des massacres d’albinos. Etant moi-même albinos, c’est comme si j’étais à l’écran. J’ai ressenti à ce moment-là une vive douleur. J’avais mal en voyant ça. Je me suis dit : y en a ras-le-bol de cette barbarie, il faut faire quelque chose. C’est comme ça que l’idée m’est venue de créer l’association.

Afrik.com : Quel est l’objectif d’Ecran total ?

Annie Mokto:
Le but est de mener des actions de sensibilisation pour changer les mentalités et permettre aux albinos de s’intégrer dans la société. Nous n’avons pas choisi de nommer l’association Ecran total au hasard. Il y a un écran entre les albinos et les autres, cette barrière ne doit plus exister. C’est un voile, un miroir, qu’il faut briser. Le terme est à double sens. Ecran total fait aussi référence à une crème solaire de protection. Les albinos sont en effet souvent victimes du cancer de la peau. Etant née au Cameroun, j’ai une bonne connaissance des difficultés qu’ils vivent en Afrique. L’ignorance conduit à la barbarie. La projection que nous avons organisée demain le montre bien.

Afrik.com : Quel est le message que vous voulez transmettre à travers la projection-débat de vendredi soir ?

Annie Mokto:
Ce documentaire, tourné en Tanzanie, est à l’initiative de l’ONG canadienne Under the same Sun qui existe depuis des années. Elle a collaboré avec la société de production Cité Amérique. La Tanzanie reflète bien la problématique des albinos qui était jusque là tabou en Afrique. L’objectif est de montrer concrètement ce qui se passe. Nous avons une couleur de peau différente mais nous sommes comme les autres. Cette projection est aussi l’occasion, pour nous, de faire un appel au don car pour le moment l’association est financée uniquement par ses membres.

Afrik.com : Récemment, en Tanzanie, une femme albinos a été élue au parlement, cela montre que les mentalités évoluent ?

Annie Mokto:
Les Albinos en Tanzanie n’ont pas la vie facile. Mais les mentalités évoluent tout doucement. Elles sont maintenant deux au parlement. Une autre femme avait été nommée avant celle-ci, et cela nous donne beaucoup d’espoir.

Afrik.com : Quels sont vos futurs projets ?

Annie Mokto:
Les 29 et 30 avril, nous organiserons une soirée de gala où nous aborderons l’aspect scientifique de l’albinisme. Il y aura de multiples personnes en provenance de tous les continents. Des albinos qui s’acceptent tels qu’ils sont apporteront leur témoignage. Par exemple, un mannequin américain viendra livrer son expérience. Ce sera aussi pour nous un moyen de sensibiliser les dirigeants africains qui seront représentés par des ambassadeurs. Et l’occasion de récolter des fonds. La sensibilisation doit se faire à travers toute l’Afrique. Nous avons aussi pour projet de créer une section locale dans chaque pays, pour diffuser notre message à travers le monde.

Lire aussi :

 Les albinos, victimes de sacrifices humains

 Les albinos en danger d’extermination au Burundi

 [Sacrifices d’albinos : le gouvernement tanzanien en guerre contre les guérisseurs
->https://www.afrik.com/article16154.html%5D

 Un village pour les enfants albinos du Cameroun