Doria Johnson : Les Noirs sont « en train de mourir aux Etats-Unis »

Les crimes racistes contre les afro-américains se sont particulièrement multipliés dernièrement aux Etats-Unis. Qu’est-ce cela révèle-t-il réellement ? Pourquoi la violence policière contre les Noirs est-elle si importante dans le pays ? L’historienne américaine Doria Johnson, militante contre le racisme aux Etats-Unis, qui a effectué de nombreuses recherches sur le lynchage, livre son regard sur la situation à AFRIK.COM.

Afrik.com : Christian Taylor, Mickeal Brown, Trayvor Martin, Sandra Bland et bien d’autres encore… Comment expliquez-vous la recrudescence des crimes racistes contre les Noirs aux Etats-Unis ?

Doria Johnson : Je ne crois pas qu’il y ait une recrudescence de crimes contre les afro-américains. Tout simplement parce que les crimes contre les Noirs ne se sont jamais arrêtés un jour aux Etats-Unis. Durant la période des lynchages, de nombreux Noirs étaient tués par les autorités, notamment les exécutions par la police. Beaucoup d’entre eux étaient aussi souvent lynchés par les citoyens américains. Nous savons maintenant que toutes les 28 heures une personne noire est tuée par un policier. Le cas de Sandra Bland montre que nous pouvons être emmené en prison pour une infraction mineure ou toute forme d’infractions. Les policiers qu’elle a rencontrés ont vérifié qu’elle était bien une proie. Elle a été traquée et illégalement poursuivie. La plupart des experts ont admis qu’on aurait dû la laisser partir. Ils ont été catégoriques. De nombreux Américains sont colère de la façon dont la police l’a traitée.

Comment les Noirs vivent-ils cette situation tendue ?

Il semblerait que les Noirs soient usés et prêts à répondre. Nos ancêtres ont vécu dans la souffrance. Maintenant, c’est à notre tour ? C’est ça ? Maintenant c’est à notre tour de ne plus souffrir autant, et de montrer au monde que nous sommes assassinés, mutilés et attaqués à cause de notre couleur de peau et de nos organisations et positions aux Etats-Unis. Nous utilisons des actions directes pour attirer l’attention sur les décès des nôtres causés par la police, la sécurité ou encore des hommes armés. Selon The Gardian, nous venons déjà d’atteindre le nombre de 500 personnes tuées par la police durant l’année 2015 ! Mes amis et moi parlons de ces meurtres tout le temps. Il y en a tellement que nous devons régulièrement nous arrêter dans la discussion pour rappeler le cas de la victime dont nous discutions. Leurs cas se ressemblent tellement que seul le temps, le lieu et leur sexe font la différence. Les excuses sont les mêmes, les résultats sont les mêmes. Nous sommes en train de mourir !

« Nous sommes en train de mourir! »

En train de mourir ?

Oui. Certains d’entre nous pensent même que nous sommes actuellement en état d’urgence. Je me souviens de la pression du gouvernement américain qui avait décidé de ne plus investir dans les entreprises sud-africaine jusqu’à la fin de l’apartheid. Nous avons besoin de la même attention, aujourd’hui, aux Etats-Unis. Comme le mouvement de liberté de citoyens noirs dans les années 50 et 60, nous constatons que les citoyens noirs sont tués dans la rue lors de protestation contre la mort de notre peuple. Ce nombre de morts équivaut à l’époque du lynchage au 20ème siècle alors que deux ou trois Noirs étaient tués par semaine. Maintenant, nous sommes tués toutes les 28 heures. Durant l’époque du lynchage, ceux qui menaçaient l’autorité des Blancs étaient tués. Et comme nous pouvons le voir dans le cas de Sandra Bland et Mickael Brown, vous pouvez mourir pour beaucoup moins. Dans le cas de Tamir Rice, il a été abattu en moins de 12 secondes. Et la police a affirmé qu’elle avait essayé de lui faire déposer son arme trois fois. Ils mentent toujours.

Le Ku Klux Klan aussi a resurgi…

Actuellement, des Noirs dorment en sachant que le Kux Klux Klan s’est réveillé et a distribué des affiches dans un quartier noir, le même jour où Walter Scott a été poursuivi désarmé par un policier blanc Mickeal Slager. Scott a été arrêté pour un feu arrière de sa voiture cassé. Le policier Mickeal Slager lui a tiré dessus alors qu’il courait. Ensuite, la direction de Slager a maquillé le crime en mettant le pistolet à côté du corps. Ils mettent en place des mensonges. Ils mentent tout le temps. C’est leur système, pas le nôtre. Il fonctionne comme il se doit d’être contre nous. De même, au milieu d’une foule, Rekia Boyd a été touché à la tête, en 2012, par un officier de police hors-service du nom de Dante Servin, à Chicago policier Dante Servin. Les autorités ont refusé de porter des accusations contre lui, même s’il est « illégal de tirer sur la foule ». Le Président des Etats-Unis est de Chicago où le maire a appuyé la fermeture de 50 écoles avec des enfants noirs et hispaniques. Cela devient trop violent.

« Un Noir tué toutes les 28 heures ! »

Concrètement, quelles sont les mesures prises par le Président Obama pour mettre un terme aux crimes racistes contre les Noirs ?

Le Président Obama reste silencieux sur la question. Il avait même affirmé que Trayvon Martin pourrait être son fils lorsque ce dernier a été tué. Mais cela n’a pas empêché que son assassin soit acquitté par le système. Nous ne pouvons pas compter sur un Président noir, les vieux, où le leadership traditionnel. Ils sont tous vendus, il y a bien longtemps. Nous comptons sur les nouvelles voix, comme celle des plus jeunes qui ont grandi sous l’extra légale « guerre contre la drogue ». La « guerre contre la drogue » a envoyé plus d’hommes noirs en prison que ceux asservis à la fin de la guerre civile américaine, en 1865.

Vous voulez dire que la situation de la communauté noire ne s’est donc pas améliorée sous Obama. Pourtant, son arrivée au pouvoir avait suscité beaucoup d’espoir ?

L’état de la communauté noire au cours de l’administration Obama ne s’est guère améliorée. Nous sommes toujours emprisonnés à des taux plus élevés que nos homologues blancs. Nous gagnons moins notre vie, avons une vie de plus en plus courte, et nous sommes des cibles de l’Etat et leurs agents. La plupart des Blancs en Amérique ne partagent pas ces mêmes conditions. Où est l’Afrique ? Pouvez-vous venir nous chercher, vos fils et vos filles ? Il n’y a tout simplement pas de travail ici. Nous sommes dans un état d’urgence. Nous sommes Steve Biko.

Lire aussi :

 Doria Johnson réclame justice pour les Noirs lynchés aux Etats-Unis

 « L’élection d’Obama ne prouve pas qu’il y a moins de racisme aux Etats-Unis »

 Etats-Unis : le décès d’une jeune noire en prison suscite la controverse

 Un Noir tué de 8 balles aux Etats-Unis : la vidéo accable un peu plus le policier