Course contre les drogues émergentes en Afrique de l’Ouest


Lecture 3 min.
De la drogue saisie au Sénégal
De la drogue saisie au Sénégal

L’émergence de nouvelles drogues en Afrique de l’Ouest présente un défi pressant pour les autorités et les communautés locales. Les récentes saisies et les conséquences tragiques mettent en lumière l’urgence d’une réponse rapide et coordonnée.

Voici un aperçu de la situation actuelle et des propositions pour contrer cette menace croissante.

Une augmentation alarmante des saisies de drogues

Chaque année, la Journée internationale contre l’abus et le trafic de drogues rappelle l’importance de la lutte contre les stupéfiants. En Afrique de l’Ouest, cette lutte a pris une dimension critique ces dernières années. Selon un rapport de l’ONUDC, les saisies de cocaïne dans les pays sahéliens ont explosé, passant de 13 kg par an en 2015-2020 à 1466 kg en 2022. Cette augmentation spectaculaire témoigne de l’importance croissante de l’Afrique de l’Ouest comme zone de transit pour les drogues en provenance d’Amérique latine et d’Asie.

La route des drogues : un parcours dangereux

Les drogues traversent le Sahara, souvent hors du contrôle des États, avant d’atteindre l’Europe. Le cannabis, l’héroïne et les nouveaux produits de synthèse tels que ceux venus d’Inde et de Chine, transitent par les ports du golfe de Guinée et se répandent ensuite vers le nord. La découverte de laboratoires de production de crack au Niger révèle une stratégie active des trafiquants pour créer des marchés locaux en Afrique.

A Lire aussi : Sénégal : saisie record d’une tonne de cocaïne par voie terrestre

La consommation locale : une réalité inquiétante

L’augmentation des saisies de drogues s’accompagne d’une hausse inquiétante de la consommation locale. Le tramadol, par exemple, représente 95 % des saisies mondiales en Afrique de l’Ouest. Ce médicament opioïde est utilisé comme stimulant par des travailleurs ayant besoin d’endurance, comme les chauffeurs de motos-taxis au Togo et au Cameroun. Les nouveaux produits, tels que le « volet » au Sénégal (MDMA) et le « khadafi » en Côte d’Ivoire (un mélange de boisson énergisante alcoolisée et de Tramaking), sont de plus en plus populaires parmi les jeunes.

Les effets dévastateurs sur la santé

Les drogues émergentes en Afrique de l’Ouest ont des effets dévastateurs sur la santé des consommateurs. Les amphétamines et autres psychostimulants sont utilisés pour améliorer la performance et l’intégration sociale, mais ils peuvent aussi causer des addictions sévères et des troubles psychiques. Les centres de traitement, comme le Centre de prise en charge intégrée des addictions de Dakar, luttent pour s’adapter à ces nouvelles réalités.

Face à cette crise, des experts en sciences sociales, en addictologie et des professionnels de santé ont émis des recommandations lors du colloque « Sciences sociales et drogues en Afrique francophone » à Dakar. Ils appellent à la mise en place de moyens d’analyse pharmacologique et toxicologique pour identifier rapidement les produits en circulation et leurs effets indésirables. De plus, la fourniture de traitements antagonistes pour les overdoses aux acteurs de première ligne est capitale.

Newsletter Suivez Afrik.com sur Google News