Tentative de coup d’Etat au Gabon : ce que l’on sait

Des soldats gabonais sont apparus à la télévision nationale, déclarant qu’ils avaient lancé un coup d’État dans ce pays d’Afrique Centrale. Le groupe composé de militaires de la Garde Républicaine dit vouloir mettre en place, dans les heures prochaines, un conseil national de la restauration pour suppléer le Président Ali Bongo toujours en convalescence au Maroc depuis son AVC en octobre dernier.

Vers 5h30, ce lundi matin, des militaires gabonais se présentant comme le « Mouvement patriotique des jeunes des forces de défense et de sécurité », ont pris le contrôle de la radio d’Etat pour lire un message appelant le peuple gabonais à se lever contre le pouvoir actuel. Les militaires ont annoncé la mise en place prochaine d’un « Conseil national de restauration ».

Ce coup d’Etat, disent-ils, vise à suppléer à la vacance du pouvoir. Le Président Ali Bongo, toujours en convalescence au Maroc, ne les a pas rassurés sur son état physique et mental malgré sa première prise de parole lors des vœux du nouvel An, enregistré depuis Rabat, le groupe a déclaré que « les conservateurs acharnés du pouvoir, dans leur funeste besogne, continuent d’instrumentaliser et de chosifier la personne d’Ali Bongo Ondimba sous le regard complice de la haute hiérarchie militaire ».

Vidéo, Gabon : ce qu’il faut retenir du discours à la Nation d’Ali Bongo formulé depuis le Maroc

Ces militaires seraient des membres de la Garde Républicaine, ils appellent les autorités compétentes à rejoindre le mouvement patriotique pour la libération du Gabon appelé MPJFDS (Mouvement Patriotique des Jeunes des Forces de Défense de Sécurité du Gabon) afin de redonner le pouvoir au peuple.

Selon RFI, qui cite une source proche de la présidence, tous les points stratégiques seraient désormais de nouveau sous le contrôle de l’armée officielle qui aurait encerclé les abords de la radio. Toujours selon cette source, les militaires ne voudraient pas utiliser la force contre ceux qui ont pris le contrôle de la radio ce lundi matin.

A noter que ce coup d’Etat intervient alors que Le directeur de Cabinet du Président gabonais Ali Bongo, Brice Laurent Laccruche Alihanga, semble dans une situation difficile après des révélations d’une blogueuse l’accusant d’importants détournements de fonds.

À noter qu’outre l’importante présence militaire française traditionnelle au Gabon, les Américains ont aussi déployé des soldats, ces derniers jours, mais dans le cadre d’un éventuel rapatriement de leurs ressortissants en RDC si la situation venait à se tendre après l’annonce retardée des résultats de l’élection présidentielle du 30 décembre 2018.