Comment se porte le cinéma africain à Cannes ?

A Un Certain Regard, c’est déjà un succès public pour « Moolaadé » de Sembène Ousmane, en attendant les fresques Egyptiennes de Yousry Nasrallah et Youssef Chahine…Les films Africains ont fait leur entrée à Cannes.

Valérie Ganne, Cannes, correspondance particulière

Comment se porte le cinéma Africain à Cannes ? Pas de film en compétition officielle, un seul d’Afrique Noire présenté à Un certain Regard… C’est peu dirait-on… Mais la quantité ne présage en rien de la qualité : la projection, samedi 15 mai, de « Moolaadé » de Sembene Ousmane a été un véritable succès. Avec « standing ovation » pour le réalisateur sénégalais, émotion palpable pour les spectateurs et coups de fil de journalistes pleuvant sur l’attachée de presse souriante et débordée. Ça démarre donc plutôt bien.

Reste à venir l’étonnante fresque de près de cinq heures du réalisateur Yousry Nasrallah, présentée hors compétition le 18 mai. « Bab El Chams » (la porte du soleil) est une plongée dans l’histoire de la Palestine à travers les destins de nombreux personnages. Youssef Chahine, Egyptien de carrure internationale, fera quant à lui la clôture de cette même sélection (Un Certain Regard), le 21 mai, avec un nouveau volet de son voyage autobiographique et fictionnel dans cinquante ans d’histoire de son cinéma : « Alexandrie New York », tout un programme….

Retour du Maroc à Cannes

Enfin à la Semaine de la Critique, c’est le Marocain Mohamed Asli qui représentera le continent. Il présentera en première mondiale « A Casablanca les anges ne volent pas ». Le premier film de ce producteur chérifien, marque le retour du Maroc dans cette sélection (il n’y était pas depuis 1978) avec l’histoire de trois hommes venus travailler dans la capitale économique et littéralement « avalés » par la ville mangeuse d’hommes….

Deux de ces quatre réalisateurs ont bénéficié d’une aide du Fonds Sud Cinéma, un soutien conjoint du CNC (Centre nationale de la cinématographie) et du MAE (Ministère des Affaires étrangères), qui fête cette année ses vingt ans d’existence sur la Croisette. Enfin, le Pavillon Cinémas du Sud, qui avait ouvert ses portes en plein cœur du village international, continue sur sa lancée : producteurs, réalisateurs, distributeurs d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique ont investi les 400 m2, pour leurs rendez-vous, les projections, et les pots quasi quotidiens… C’est là que se fera, mercredi, un premier bilan de l’aide Africa Cinéma dont nous avions parlé à Cannes l’année dernière… Et l’arrivée de l’Union Européenne (FED/ACP) aux côtés des cinq partenaires fondateurs (MAE,CNC, Agence de la Francophonie, TV5 et canal France International) du Pavillon, est plutôt bon signe.
VG

Lire aussi :

 Nouvelle aide pour le cinéma africain

 Sembène Ousmane, une vie de cinématographie

 Sembène Ousmane combat l’excision

 Visiter le site du Festival de Cannes