Budapest sourit aux Africains

Les derniers championnats d’athlétisme en salle se sont déroulés du 5 au 7 mars à Budapest (Hongrie). Les compétiteurs africains, avec leurs 11 médailles, n’ont pas démérité. Mieux, la sprinteuse mozambicaine, Maria Mutola, est entrée dans l’histoire. Elle est désormais la première athlète au monde à avoir remporté un sixième titre mondial en salle dans la même discipline.

11 médailles pour l’Afrique. Aux derniers championnats du monde en salle de Budapest du 5 au 7 mars, les athlètes africains s’en sont bien sortis. Le plus gros palmarès revient à l’Ethiopie avec ses quatre récompenses (deux d’or, une d’argent et une de bronze). Suit le Kenya, l’autre terre de l’endurance et du demi-fond avec trois trophées (deux d’or et un de bronze). Viennent enfin, avec une médaille, l’Afrique du Sud (une d’or), le Mozambique (une d’or), le Soudan (une d’argent) et le Congo (RDC) (une de bronze).

La reine de Maputo

Incontestablement, ces mondiaux auront retenu un nom : Maria Mutola. La Mozambicaine partageait avec le sauteur en longueur cubain, Ivan Pedroso, le plus grand nombre de titres mondiaux en salle, dans la même discipline. Mais, dimanche dernier, à 31 ans, Maria Mutola a battu ce record de cinq titres qu’elle partageait avec le Cubain. En 1’58 »50, la championne a survolé, comme à son habitude, son 800 mètres pour entrer dans la légende. Avec cette nouvelle médaille en or, elle est, désormais, la première athlète au monde (hommes et femmes confondus), à avoir remporté un sixième titre mondial en salle.

L’endurance reste est-africain

Les coureurs est-africains ont encore tiré leur épingle du jeu. Avec leurs sept trophées, les (nouveaux) dieux éthiopiens et kenyans ont ramené au continent, plus de la moitié de ses trophées. Sur le 1 500 m, en l’absence de la star marocaine Hicham El Guerrouj, les Kenyans Korir et Rotich, avec respectivement 3’52 »31 et 3’52 »93 ont eu l’or et le bronze. Les Ethiopiens Defar (9’11 »22) et Adere (9’11 »43) ont glané l’or et l’argent dans le 3 000 m. Ils confirment ainsi que, même les absences de grands noms tels Kenenisa Bekele ou le géant Haile Gebrselassie, le demi-fond reste la chasse gardée de l’Afrique. L’Ethiopie arrive au troisième rang des nations ayant récolté le plus de médailles, après la Russie (19 récompenses, 8 en or, 6 en argent et 5 en bronze) et les Etats-Unis (10 réalisations, 4 en or, 5 en argent et 1 en bronze).Prochain rendez-vous pour l’athlétisme en salle : Moscou, en 2006. Il ne reste plus qu’à espérer que les Africains fassent encore mieux cette fois-ci.