Barack Obama investit la Maison Blanche

Barack Obama est devenu officiellement, mardi, le 44e président des Etats-Unis en prêtant serment devant plus de 2 millions de personnes au Capitole, à Washington. Le symbole devra immédiatement se mettre au travail pour faire face à la crise économique que traverse les Etats-Unis.

Barack Obama a prêté serment sur la même Bible, c’est une tradition, que celle utilisée par Lincoln en 1861 et tenue par sa femme Michelle, devenant ainsi le 44e président des Etats-Unis. Au Capitole, à Washington, devant plus de 2 millions de personnes, réunies sur le National Mall, le premier président noir des Etats-Unis a juré qu’il servirait fidèlement son pays, après une brève hésitation sur le mot « fidèlement » sur lequel le président de la cour suprême, le juge John Roberts qui a dirigé la prestation, avait trébuché quelques secondes plutôt. Moins lyrique, déjà habité par sa fonction semble-t-il selon certains observateurs, Barack Obama a retracé les grandes lignes de sa politique qui s’inscrit dans une période critique de l’histoire des Etats-Unis.

« Je me tiens ici, aujourd’hui, humble devant la tâche qui nous attend », a-t-il commencé, rappelant que les Etats-Unis étaient « au milieu d’une crise profonde (…), notre économie est très affaiblie ». Mais les défis à relever sont de l’ordre du possible pour les Américains. Barack Obama est revenu sur les chantiers prioritaires de la santé, de l’éducation, l’environnement. Les Etats-Unis, a-t-il insisté, sont les « amis » de tous les pays du monde, attentifs notamment aux besoins des plus pauvres. « A tous les peuples et les gouvernants qui nous regardent aujourd’hui, depuis les plus grandes capitales jusqu’au petit village où mon père est né (au Kenya, ndlr) : sachez que l’Amérique est l’amie de chaque pays et de chaque homme, femme et enfant qui recherche un avenir de paix et de dignité, et que nous sommes prêts à diriger à nouveau ». Quant à la guerre contre le terrorisme, le président américain s’est montré des plus fermes. « Nous n’allons pas nous excuser pour notre mode de vie. A ceux qui cherchent à introduire la terreur et à attaquer des innocents, nous disons que notre esprit est plus grand et ne peut être affaiblie. Vous ne pouvez pas nous survivre et nous vous vaincrons », a déclaré Barack Obama.

« Une voix nouvelle porteuse d’espoir », selon Mandela

La prestation de serment du nouveau Commander in chief a été précédée de celle de Joe Biden, 47e vice-président des Etats-Unis. La cérémonie d’investiture a été entrecoupée notamment par la prestation d’Aretha Franklin, choisie par Barack Obama et qui a interprété My Country ‘Tis of Thee », un chant patriotique américain. Elle a été aussi émaillée des bénédictions des pasteurs pasteurs Rick Warren, controversé pour ses positions anti-avortement et contre le mariage homosexuel, et de Joseph E. Lowery, plus ouvert que son prédécesseur. Les Bush (père et fils) et les Clinton (Hillary sera la nouvelle secrétaire d’Etat) ont pris part à cette cérémonie à laquelle assistait, aux premières loges, Sarah Obama, et quelques membres de la large fratrie Obama.

Les messages de félicitation ont commencé à affluer sur Washington. Le président français Nicolas Sarkozy compte travailler « main dans la main » avec le nouvel hôte de la Maison Blanche. Nelson Mandela, 91 ans, une autre icône mondiale, a salué pour sa part la « voix nouvelle porteuse d’espoir » qu’est Barack Obama. La famille présidentielle a assisté, avec ses 200 invités, à un déjeuner dont le menu a été inspiré des préférences gastronomiques de Lincoln, notamment son goût pour la pomme, ingrédient principal du dessert. Un déjeuner au cours duquel le sénateur démocrate Edward « Ted » Kennedy, souffrant d’une tumeur au cerveau, a fait un malaise suite auquel il a été hospitalisé. Dans la soirée, Michelle et Barack Obama devraient faire le tour des dix bals auxquels ils sont conviés dans le cadre de la cérémonie d’investiture.

La vidéo du discours d’investiture