Bamako sous une brume de poussière

Depuis le début de la semaine la capitale malienne Bamako est enveloppée par une épaisse brume de poussière. Une situation qui a provoqué une baisse de la température et qui va persister au moins jusqu’au 13 février prochain.

A l’instar des villes européennes et de certaines régions d’Afrique du nord, Bamako connait depuis deux jours une baisse sensible de la température qui se manifeste par un froid presque glacial et une épaisse couche de poussière en suspension. Surpris par la brume à laquelle ils ne s’attendaient pas du tout en ce mois de février et habitués aux rayons du soleil dès les premières heures de la journée, les Bamakois grelottent. « C’est du jamais vu, ces deux jours il fait trop froid. On se croirait en Europe », constate Mamadou Guindo, gardien a Banakabougou un quartier de la commune VI du district de Bamako. « On n’est pas habitué à ce genre de température. Moi je préfère la chaleur », renchérit son ami Mohamed Coulibaly.

Variabilité du climat

« Il s’agit d’un mouvement d’air humide et de vents forts soufflant d’Est en Ouest du sud algérien vers le nord du Mali. La poussière qu’ils soulèvent en ratissant le Sahara, combinée à l’humidité favorisée par la vague de neige qui frappe actuellement l’Europe et le Maghreb, occasionne cette brume de poussière dense », explique Mohamed Koité, le chef de section prévision environnement de la division recherche développement de la Direction nationale de la météorologie.

La visibilité est réduite à 100 mètres aux moments de forte densité, et à 1000 mètres aux moments de faible densité, note le spécialiste. Cette situation n’est pas une nouveauté dans notre pays, rappelle Mohamed Koité. Nous avons connu une situation analogue en novembre dernier. Cette situation pourrait durer jusqu’au 13 février, selon les services météorologiques.

Mesures de protection

La poussière déployée expose les habitants de la capitale à des risques de maladies comme la grippe, le rhume, les problèmes respiratoires et même la méningite, imposant du coup des mesures de protection. Les enfants sont les plus exposés. Il est donc conseillé de mettre du beurre de karité ou de l’huile goménolée dans les narines des bébés pour les protéger et fixer la poussière, de bien les couvrir le matin au réveil et le soir au coucher.

Lire aussi :

 Le Maghreb touché par le grand froid

 Algérie : Les chutes de neige paralysent plusieurs régions du pays