Algérie, Maroc : quand Bouteflika snobe Mohammed VI

Le Président algérien, Abdelaziz Bouteflika

Le président de la République d’Algérie, Abdelaziz Bouteflika, a adressé un message de félicitations au roi du Maroc, Mohammed VI, à l’occasion du 63ème anniversaire de l’indépendance de son pays, faisant une impasse totale sur l’appel au dialogue lancé par le souverain.

Abdelaziz Bouteflika serait-il en train de snober Mohammed VI ? C’est tout comme, si l’on se fie aux derniers développements de l’actualité entre les deux pays. Ce dimanche 18 novembre 2018, le chef de l’Etat algérien a adressé un message de félicitations au roi Mohammed VI, à l’occasion du 63ème anniversaire de l’indépendance du Maroc. Dans son message, le chef de l’Etat algérien a indiqué qu’il lui est « particulièrement agréable, au moment où le peuple marocain frère célèbre le 63ème anniversaire de sa glorieuse indépendance, de vous adresser mes chaleureuses félicitations et mes vœux les meilleurs, priant Dieu Tout-puissant de vous accorder, ainsi qu’à la famille royale, santé et bien-être et davantage de progrès et de prospérité au peuple marocain frère, sous votre direction éclairée ».

Lire aussi : Maroc, Algérie : Mohammed VI appelle Bouteflika à un « dialogue direct et franc »

« L’occasion est également pour moi de vous réitérer notre détermination à œuvrer de concert avec vous pour consolider les relations de fraternité et de solidarité qui unissent nos deux pays et ancrer les relations bilatérales basées sur le respect mutuel, au mieux des aspirations de nos deux peuples au progrès, au développement et à la prospérité », a ajouté Abdelaziz Bouteflika, qui s’est donc limité à user des formules de politesse à l’égard du souverain marocain, alors que ce dernier avait appelé récemment à l’ouverture d’un dialogue « franc et direct » entre le Maroc et l’Algérie, deux pays voisins.

En clair, Alger ne semble pas souhaiter donner une réponse claire à l’offre directe de Mohammed VI, qui avait saisi l’opportunité de la commémoration de la Marche verte, le 6 novembre dernier, pour affirmer que « le Maroc est ouvert à d’éventuelles propositions et initiatives émanant de l’Algérie, pour désamorcer le blocage dans lequel se trouvent les relations entre les deux pays voisins frères ». Du moins, jusqu’ici, Abdelaziz Bouteflika snobe Mohammed VI.