Algérie : chef de l’armée, Gaïd Salah demande de déclarer Bouteflika inapte

Le général de corps d'armée, Ahmed Gaïd Salah

Le chef d’état-major de l’armée algérienne, le général Ahmed Gaïd Salah, propose d’engager la procédure visant à déclarer le Président Abdelaziz Bouteflika inapte.

Jour décisif en Algérie où le chef d’état-major de l’armée, Ahmed Gaïd Salah, a demandé, ce mardi 26 mars 2019, que soit engagée la procédure de l’article 102 de la Constitution, prévue dans le cas où le président de la République « se trouve dans l’impossibilité totale d’exercer ses fonctions pour cause de maladie grave et durable ».

Dans un discours retransmis à la télévision nationale, le général Gaïd Salah, saluant le « civisme » des manifestants pour exiger des changements politiques, a souligné que « ces marches pourraient être exploitées par des parties hostiles et malintentionnées (…). Dans ce contexte, il devient nécessaire, voire impératif, d’adopter une solution pour sortir de la crise, qui répond aux revendications légitimes du peuple algérien, et qui garantit le respect des dispositions de la Constitution et le maintien de la souveraineté de l’Etat », a indiqué le patron de l’armée.

A lire : Grand déballage en Algérie : « C’est Ouyahia qui a écrit les lettres de Bouteflika »

Gaïd Salah rappelle cette solution stipulée par la Constitution dans son article 102, prévoyant que le Parlement, sur proposition du Conseil constitutionnel « réuni de plein droit », déclare « l’état d’empêchement lorsque le président de la République, pour cause de maladie grave et durable, se trouve dans l’impossibilité totale d’exercer ses fonctions ».

Coïncidence ou pas, cette déclaration intervient aussitôt après les graves accusations d’Amara Saadani, ancien secrétaire général du FLN, qui a révélé que les lettres jusqu’ici attribuées au président Abdelaziz Bouteflika, ont été rédigées par l’ancien chef du gouvernement algérien, Ahmed Ouyahia.

A lire : Algérie, Bouteflika : Gaïd Salah et ses armes étranges

Au pouvoir depuis 1999, Abdelaziz Bouteflika, 82 ans, est affaibli par les séquelles d’un accident vasculaire cérébral dont il est victime depuis 2013. Depuis cette date, le chef de l’Etat a commencé à limiter ses apparitions publiques. L’annonce de sa candidature à un cinquième mandat a été la décision de trop, puisqu’elle a déclenché la colère des Algériens qui n’ont plus quitté la rue pour exiger le départ du système.

Après des semaines de tergiversations, Gaïd Salah, tantôt avec le régime, tantôt avec le peuple, a fini par trancher le débat, ce mardi 26 mars 2019, demandant à ce que Bouteflika soit déclaré inapte.

A lire : Algérie : la protestation contre le pouvoir ne faiblit pas mais le clan Bouteflika fait le mort