Aïd : craintes de nouvelles attaques de Boko Haram, la sécurité renforcée au Nigeria

Alors que le Nigeria fête l’Aïd ce jeudi, la crainte d’attaques de Boko Haram se fait sentir aussi bien du côté de la population que des autorités politiques. Près de 40 000 forces de sécurité ont été déployées à travers tout le pays, la circulation est interdite dans tout l’Etat du Borno, au nord-est du pays.

Ce jeudi, jour de l’Aïd el-Kebir, qui célèbre le sacrifice d’Abraham, est une fête pour tous les musulmans du monde entier mais aussi du Nigeria, qui constituent un peu moins de 50 % de la population du pays, soit plus de 75,7 millions de personnes. Cette année, la crainte des attaques de Boko Haram est présente dans tous les esprits alors que le mois de Ramadan entre le mois de juin et juillet dernier, jusqu’à la fête de l’Aïd el-Fitr, qui célèbre la fin du jeûne, avait été particulièrement meurtrier.

Les militaires ont interdit la circulation de tout véhicule dans l’Etat de Borno pour cette fête, appelée Sallah au Nigeria, qui a débuté jeudi pour deux jours. « Tout mouvement incluant des véhicules, des bicyclettes et des animaux comme des chevaux, des chameaux et des ânes seront restreints à Maiduguri à partir de mercredi 16H00 GMT. De même, tous les mouvements de véhicules vers et depuis Maiduguri (…) seront également restreints durant cette même période », a indiqué un porte-parole de l’armée, Tukur Gusau.

Près de 40 000 personnes déployées

Près de 40 000 personnes du corps de défense civile et de sécurité du Nigeria (NSCDC) doivent être déployées sur toute l’étendue du territoire. Dimanche dernier, Bboko Haram a été particulièrement meurtrière à Maiduguri, capitale de l’Etat de Borno, la ville où a été créée l’organisation par Mohamed Yusuf en 2002. Selon un dernier bilan, au moins 117 personnes sont mortes dans une série d’explosions, selon un nouveau bilan communiqué mercredi par des sources hospitalières.

Lire sur le sujet: Nigeria : le bilan des attentats de Maiduguri s’alourdit, au moins 117 personnes tuées par Bako Haram

Le nouveau Président du Nigeria, Muhammadu Buhari, arrivé au pouvoir le 29 mai dernier, a promis d’éradiquer le groupe armé. Depuis son arrivée au pouvoir, Boko Haram, qui n’a pas dit son dernier mot, a tué plusieurs centaines de personnes.