Aid el-Adha : S’il vous plaît, achète-moi un mouton !

moutonaidpub1.jpg

Les musulmans célèbreront dimanche l’Aïd el-Adha, la fête du sacrifice, appelé communément la fête du mouton. Et comme chaque année, c’est la course pour obtenir le plus beau mouton au meilleur prix.

Les musulmans du monde se préparent à célébrer la plus importante des fêtes religieuses de l’islam, l’Aïd al-Adha appelé aussi Aïd el-Kebir, signifiant littéralement « la grande fête », ou Tabaski en Afrique de l’ouest. Ce jour marque chaque année la fin du pèlerinage à la Mecque et a lieu le 10 du mois de Dhou al-hijja, 12e mois du calendrier musulman. Chaque famille musulmane doit, selon ses moyens, sacrifier un mouton. Cette fête commémore la soumission d’Ibrahim à Dieu le jour où il devait égorger son fils sur ordre de Dieu. Au dernier moment, un mouton fut envoyé par l’entremise de l’archange Gabriel pour remplacer l’enfant. Dans l’Afrique musulmane, comme en France et ailleurs, les familles s’affairent à l’achat d’un mouton. Et tous les moyens sont bons pour s’en acquitter…

De la ferme à l’abattoir en passant par le mouton à crédit

En Afrique, dans les pays musulmans, tous s’organisent pour acheter et égorger, ou faire égorger, son mouton par des professionnels. Là-bas, aucun soucis pour sacrifier son agneau soi-même et à domicile. Et pour ceux qui n’ont pas assez de moyens, pas de panique le mouton à crédit est là ! Au Maroc, par exemple, les prêts personnels progressent à l’approche de cette fête. Avec un salaire moyen de 3000 dirhams par mois (300 euro), beaucoup ne peuvent pas se permettre d’acheter un mouton qui vaut entre 1400 et 4000 dirhams (140 à 400 euro). En moyenne, le prix d’un agneau varie entre 90 et 150 euro. Et pendant l’Aïd el-Adha, son prix augmente et il faut compter 150 à 300 euro le mouton. Les spots et affiches publicitaires vont bon train à cette période de l’année. Ci-dessous un exemple de publicité, datant de 2010, pour l’achat d’un mouton à crédit avec Vivalis.

moutonaidpub1.jpg

En France, des sites d’abattages, mobiles et fixes, agréés par les préfectures seront ouverts durant les trois jours de fête. Depuis quelques années, l’Etat a décidé de prendre les choses en main pour éradiquer l’abattage familiale chez les agriculteurs ou à domicile. Chaque année, les préfectures autorisent donc l’ouverture d’abattoirs « halal » pendant cette période de fête. Car pour certains, trouver la bonne bête et la sacrifier relevait du parcours du combattant. A certains endroits il y avait le mouton mais pas l’abattoir adéquat alors qu’ailleurs c’était le contraire, voire même aucun des deux. De plus, les fermiers ont leurs habitués et pour être sûr d’avoir un agneau il faut s’y prendre longtemps à l’avance. Et même si certains peines toujours à en trouver un, la majorité des fidèles soucieux de faire abattre son mouton selon le rite musulman trouve aujourd’hui de quoi faire.

Le conseil général de Seine saint Denis et le Conseil régional du culte musulman d’ile de France (CRCM) ont signé en 2010 une convention qui prévoit pendant cinq ans la mise à disposition de l’aire des Vents, à Dugny, près de l’aéroport du Bourget. Un soulagement pour les 450 000 Dionysiens [[habitants de Seine Saint Denis]] de confessions musulmanes, la plus grande communauté musulmane d’Île de France. Toutefois, le manque d’organisation, le prix élevé des ovins et du sacrifice et le délai d’attente pour récupérer son mouton sont autant de points négatifs qui poussent certaines familles à sacrifier leur agneau chez l’éleveur.

L’option grande distribution

La viande de mouton halal commercialisée en grande surface est un moyen simple et efficace pour éviter la queue dans les abattoirs. Seulement voilà, ces animaux sont déjà tués et emballés dans les rayons de supermarché avant la grande prière de l’Aïd el-Adha alors que selon la tradition musulmane, un agneau ne peut être tué avant.

De plus, une série d’études a révélé qu’un produit sur deux n’était pas halal. Sans parler des traces de porc retrouvés sur certains de ces produits.

La vente en ligne

Sillonner les marchés et négocier le prix du mouton idéal ne plaît pas forcément à tout le monde. Comme c’est le cas depuis quelques années maintenant, certains ont fait le choix de commander leur mouton sur Internet. L’idée peut paraître saugrenue mais elle gagne du terrain d’année en année. En deux clics tout est prêt ! Encore faut-il accorder sa confiance aux sites qui proposent cette alternative. L’avantage est que l’acheteur n’a à s’occuper de rien et il est livré à domicile. L’inconvénient est qu’il n’a pas la possibilité de vérifier que l’animal réponde bien à tous les critères d’abattages. Tout cela n’a pourtant pas empêché des centaines de familles de renouveler, ou de tenter, de nouveau l’expérience.