Afrique du Sud : poursuite des négociations tripartites à Marikana

L’Afrique du Sud connait l’un des plus violents conflits sociaux de son histoire depuis des années. On compte déjà 44 morts à la mine de Marikana, une situation qui a emmené à l’ouverture de négociations ce mercredi pour tenter de venir à bout de cette crise.

Après plusieurs semaines d’échauffourées, l’heure est à la discussion. L’Afrique du Sud connait l’un des plus violents conflits sociaux de son histoire depuis des années. On compte déjà 44 morts à la mine de Marikana (dans le Nord-Ouest du pays), une situation qui a emmené à l’ouverture de négociations ce mercredi pour tenter de venir à bout de cette crise. Rustenburg (Nord), la grande ville voisine de la mine a accueilli dans la matinée la direction, les syndicats ainsi qu’une délégation de mineurs non syndiqués à l’occasion de la réunion où se tiennent les négociations.

Une cinquantaine de personnes sont réunies à huis-clos. D’après une source proche du ministère du Travail, les pourparlers seraient tendus, mais chaque partie reconnaitrait la nécessité de trouver une solution à ce conflit social. Les discussions devraient durer jusqu’à vendredi.

Des résultats très attendus

La revalorisation salariale est la cause et surtout le déclencheur le 10 août dernier de la grève des mineurs à Marikana. Pourtant, ce ne serait pas le principal sujet de discussions de Lonmin, troisième producteur mondial de platine. « On ne peut pas discuter des salaires si les gens font l’objet d’intimidations. Il faut un retour à la normale avant toute discussion », a déclaré la porte-parole du groupe britannique, Sue Vey, à l‘AFP.

Tandis que la direction pose la reprise du travail comme préalable à toute négociation salariale, les grévistes refusent de leur côté de plier, ce qui reviendrait à leurs yeux à trahir leurs collègues morts ou arrêtés il y a deux semaines.

La situation reste cependant « très calme », selon Lonmin, dont le titre boursier a fortement chuté depuis le début de ce conflit aux fortes résonances politiques.

Lire aussi :

 [Afrique du Sud : l’OIT fustige les mines du pays

 >http://www.afrik.com/article26790.html]

 Afrique du Sud : un retour au travail peu suivi à la mine de Marikana

 Afrique du Sud : hommage national aux 44 morts de la mine de Marikana