Afrique du Sud : hommage national aux 44 morts de la mine de Marikana

Ce jeudi 23 août, dans le Nord-Ouest de l’Afrique du Sud, le site minier de Marikana accueille une cérémonie d’hommage aux 44 mineurs victimes la semaine dernière de l’assaut des forces de l’ordre pendant le bras de fer entre les grévistes et la direction. Dans le cadre d’un deuil national, aujourd’hui, place au recueillement, en l’absence pour l’instant de Jacob Zuma.

Ce jeudi 23 août, la cérémonie officielle est supposée commencer en fin de matinée. Selon l’entreprise qui s’occupe des installations, près de 70 000 personnes seraient attendues. Des cérémonies commémoratives sont organisées dans quinze autres mines de la région.

Les corps des victimes ayant été rapatriés dans leur famille respective, souvent loin de la mine de Marikana, il n’y aura donc pas de funérailles collectives. La plupart des grévistes tués étaient des travailleurs migrants et venaient de la province du Cap-Oriental, dans le Sud du pays.

Une semaine après le drame ayant causé la mort de 44 personnes dont 34 grévistes, le choc est toujours présent dans les esprits. Des cérémonies et des prières ont donc lieu un peu partout en Afrique du Sud. Dans la région, où la question des salaires n’est toujours pas réglée et où la colère prend de l’ampleur, la journée va se dérouler sur fond de tensions sociales. En effet, les ouvriers de deux autres mines sont en grève depuis hier mercredi pour obtenir de meilleurs salaires.

L’absence de Jacob Zuma

Dans un climat plutôt hostile, mercredi 22 août, le président sud-africain Jacob Zuma s’est rendu auprès des grévistes hospitalisés. Il est venu dans le but de s’adresser aux mineurs et de leur assurer que leurs paroles avaient bien été entendues et comprises par sa personne. Une action qui arrive trop tard, pensent beaucoup d’entre eux car il n’a pas su empêcher l’irréparable et n’a pas évoqué de promesse d’augmentation concernant leurs revenus.

Les neuf ministres chargés, au sein d’un comité, de résoudre la crise ainsi que les leaders religieux et les chefs traditionnels des communautés aux alentours de Marikana sont attendus pour la cérémonie officielle. Mais pour l’instant, la présence de Jacob Zuma n’a pas été confirmée, il ne sera donc certainement pas présent.

Enfin, Julius Malema, le jeune trublion exclu du Congrès national africain (ANC), pourrait organiser une autre cérémonie, également à Marikana.

Lire aussi :

 L’Afrique du Sud rend hommage aux 44 morts de la mine de Marikana