Afrique du Sud : la bourse de Johannesburg en pleine forme malgré la morosité économique

Avec une hausse globale de 12% des deux indices, l’All-share Index et le Top-40, depuis le début de l’année, la bourse de Johannesburg se porte bien. Une situation assez surprenante étant donnée une perspective de croissance nationale revue à la baisse et le conflit social à la mine de Marikana, dans le Nord du pays, qui occupe le devant de l’actualité.

Une progression de 0,29% de l’indice élargi All-share Index, lundi, et un record de 35 897,69 points, tandis que l’indice Top-40 grimpait, lui, de 0,26%. Avec une hausse globale de 12% sur les deux indices depuis le début de l’année, la bourse sud-africaine semble en bonne forme, rapporte l’AFP. Un état de fait qui peut paraître surprenant, dans un contexte économique morose – le pays a dû revoir ses perspectives de croissance à la baisse – et avec un conflit minier, à Marikana (Nord-Ouest), qui fait la Une de l’actualité.

Entre autres explications, le conflit social à la mine n’a pas eu uniquement des répercussions négatives sur l’économie. Pour certains courtiers, l’événement a en effet contribué à faire baisser la monnaie locale, le rand, et donc à favoriser les exportations. Pour rappel, il s’agit de l’une des interventions policières les plus violentes depuis la fin de l’apartheid : 34 mineurs ont notamment trouvé la mort sous les balles des forces de l’ordre.

Des secteurs qui se portent bien en Afrique du Sud

De plus, d’après Richard Schellbag, analyste chez Citigroup à Johannesburg, il y a en Afrique du Sud de nombreux autres secteurs qui se portent bien et dont on parle moins que le secteur minier. Selon ce spécialiste, les domaines de la santé, du commerce et des médias comportent ainsi plusieurs entreprises « bien gérées et prudentes ». Et puis, il y a aussi les cotations de groupes de la distribution, comme Woolworths ou Mr. Price, qui ont extrêmement bien progressé – plus de 40% de hausse – depuis le début de l’année.

Enfin, d’autres facteurs seraient aussi à prendre en compte, comme la tenue de la conférence de la Fed (la Réserve fédérale américaine) à Jackson Hole (Etats-Unis) ou l’action de la Banque centrale européenne pour aider la zone euro.

Des résultats surprenants, donc, mais qui ne sauraient toutefois faire oublier le contexte économique morose qui guette le pays. Touchée par la récession mondiale, l’économie sud-africaine – la première du continent – serait ainsi « sur le déclin », selon Dennis Dykes, de Nedbank. L’Afrique du Sud a en effet revu à la baisse ses perspectives de croissance, de 2,7 à 2,6%. Soit 1,5 point de moins que ce qui était prévu au début de l’année.

Lire aussi :

 Afrique du Sud : l’OIT fustige les mines du pays

 Afrique du Sud : un retour au travail peu suivi à la mine de Marikana

 Afrique du Sud : hommage national aux 44 morts de la mine de Marikana