Zaïna, la cavalière de l’Atlas

Les paysages magnifiques de l’Atlas marocain, des thèmes universels comme l’amour, la mort, la paternité et un casting impeccable… Ce sont les points forts du film de Bourlem Guerdjou, Zaïna, la cavalière de l’Atlas, avec Sami Bouajila, Simon Abkarian et Aziza Nadir, véritable révélation féminine.

Zaïna, la cavalière de l’Atlas est un conte oriental qui se passe dans la société marocaine du XVIIIe siècle. C’est le temps des seigneurs qui règnent sur leurs clans, de l’honneur viril et des courses de chevaux. Le film est construit autour de trois personnages : Omar, puissant notable, est tellement aveuglé par l’amour qu’il porte à Selma, qu’il la pousse à la mort. Il va ensuite chercher à garder auprès de lui, Zaïna, la fille de Selma, pré-adolescente au caractère trempé, qui va choisir de fuir avec Mustapha, son père biologique, qu’elle n’avait jamais rencontré.

Mustapha est un nomade amoureux des chevaux, qui n’a pas l’habitude des enfants et ignorait l’existence de Selma. Il est en route pour Marrakech avec les hommes de son clan qu’il doit conduire à travers l’Atlas pour participer à la célèbre course de chevaux de la ville ocre, l’Agdal. Mustapha et Zaïna, lors de ce périple parfois dangereux au sein d’une nature magnifique mais souvent hostile, vont apprendre à se connaître et s’apprivoiser mutuellement.

Les princes du désert

Un souffle épique balaie cette épopée sauvage qui ressemble parfois à un western, à travers les grands espaces marocains. Le film a nécessité trois ans de recherches ethnologiques et d’écriture pour Bourlem Guerdjou, le réalisateur, et sa co-scénariste, Juliette Sales. Ont suivi une année de repérages au Maroc et onze semaines de tournage dans l’Atlas. Bourlem Guerdjou a réalisé plusieurs courts métrages et son premier long, Vivre au paradis, en 1999. Il livre avec Zaïna un drame sentimental qui a déjà reçu le Prix du public du Festival international de film de Locarno cette année.

Le réalisateur nous plonge dans la société traditionnelle marocaine de l’époque mais aussi dans l’univers des cavaliers et des éleveurs de chevaux. Pour tenir la distance sur les impressionnantes cavalcades, les acteurs principaux, Sami Bouajila et Simon Abkarian, ont eu droit à un entraînement intensif pendant 6 mois ainsi que de nombreuses répétitions en salle d’armes pour les combats au sabre. Résultat : les deux comédiens ont l’allure de parfaits princes du désert, majestueux dans leurs costumes et avec leurs yeux ourlés de khôl…

L’émancipation d’une femme

Sami Bouajila, que l’on a découvert dans des films comme Les silences du palais de Moufida Tlatli (1994) ou Bye-Bye de Karim Dridi (1995), et qui poursuit depuis une très belle carrière en France, est d’origine tunisienne. Il explique que Zaïna l’a ramené à sa culture d’origine, « un peu oubliée avec le déracinement, mais toujours bien ancrée en moi ». « Mes parents viennent de cette tradition-là. Je pouvais symboliquement remonter un peu sur les traces de mon père qui est berbère lui aussi, il a vécu dans le désert, parfois sous des tentes. Ce film me donnait l’occasion de faire le voyage inverse de celui de mes parents. »

Aux côtés de Sami Bouajila et du charismatique Simon Abkarian, la révélation du film est Aziza Nadir. Sensible et juste, elle interprète à merveille le rôle de Zaïna, jeune fille farouche et mature qui se bat pour sa liberté. « Malgré ce que lui coûte le deuil de sa mère, Zaïna va mener à bien son propre destin, et acquérir sa liberté. Elle est toujours prête à se rebeller. Elle a une grande force intérieure. Son parcours, c’est aussi l’image de l’émancipation d’une femme. Elle symbolise ces femmes arabes qui ont l’audace de se révolter pour faire changer l’état des choses », explique Boualem Guerdjou. Qui conclut : « J’espère que ce film va permettre à un public jeune, et plus particulièrement aux jeunes issus de la culture maghrébine, de découvrir, par le biais du conte, les traditions et les valeurs de cette culture. Faire ce film a demandé une longue et fructueuse collaboration entre Français et Marocains. Ce fut une belle expérience humaine et professionnelle. »

Zaïna, la cavalière de l’Atlas de Bourlem Guerdjou (1h40), sortie française le 26 octobre 2005.