Wade en tête des résultats partiels

Le chef de l’Etat sortant, Abdoulaye Wade, arrive largement en tête dans 10 des 35 départements du Sénégal, selon les résultats partiels de la présidentielle dévoilés lundi soir. Les performances de ses adversaires sont si faibles que certains membres du camp Wade avancent qu’un second tour ne sera pas nécessaire.

Abdoulaye Wade est en pôle position de l’élection présidentielle du 25 février. Son camp l’avait déclaré en tête bien avant la publication des premiers résultats partiels, et les premières tendances leur ont donné raison. Le chef de l’Etat sortant obtient 57% des voix, devant ses 14 adversaires, dans 10 des 35 départements du pays. Ses plus sérieux challengers, Ousmane Tanor Dieng (parti socialiste) et Idrissa Seck, pressenti comme le dauphin d’Abdoulaye Wade, auraient recueilli un nombre de suffrages quasi similaires.

L’ancien premier ministre Moustapha Niasse a quant à lui si peu mobilisé qu’il n’est pas sûr d’atteindre les 5% nécessaires pour voir sa caution de 25 millions de FCFA remboursée. Il a d’ailleurs indiqué à l’issue du vote que cette présidentielle serait sa dernière. Les scores de Landing Savané et Abdoulaye Bathily ne sont également pas très brillants.

Un second tour ?

Dans ce contexte, et même avant d’avoir ces éléments en main, certains soutiens d’Abdoulaye Wade, qui brigue son deuxième mandat, s’avouent confiants et voient bien une victoire de leur champion dès le premier tour. Du « bluff », selon les supporters des opposants. Reste que si Abdoulaye Wade remporte la majorité des suffrages et que le second tour, prévu à la mi-mars, était annulé, certains opposants se disent prêts à crier à la fraude.

La Communauté des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cedeao), qui a dépêché 60 observateurs, et la Rencontre africaine pour la défense des droits de l’Homme (Raddho), qui avaient plus de 1 000 membres sur le terrain, estiment que l’élection s’est majoritairement déroulée dans le calme. La Cedeao regrette cependant que des électeurs potentiels n’aient pas obtenu à temps leur carte d’électeur. La privation du pouvoir de voter a dû en décevoir plus d’un, si l’on en croit le taux de participation, fixé à 75%. Un record qui prouve l’intérêt suscité par ce rendez-vous électoral.

A noter qu’un militaire a été tué et une douzaine d’autres soldats ont été blessés, dimanche et lundi, au Nord de Ziguinchor (Casamance, Sud), au cours de leur mission de sécurisation du vote. Les assaillants seraient des rebelles.

Droits photos : RSR