Virginité offensive pour la Can

La dame coupe fait sa capricieuse. Les premières journées sont marquées par une stérilité offensive ahurissante. Les attaquants africains sont peu performants. Seuls les gardiens de buts se réjouissent de cette virginité.

Avec une moyenne de 0,5 but par match, la Coupe d’Afrique des nations est marqué par la domination des défenses sur les attaques. Et la journée de jeudi n’est pas pour démentir cette stérilité offensive des goaléadors africains. Le Ghana et l’Afrique du Sud dans le groupe A, puis le Mali et le Nigeria se sont quittés sur un score virginal. Au total, six matches sur dix se sont soldés par un score nul. Les Sud-Africains ne décolèrent pas contre l’arbitrage.

Si le spectacle était au rendez-vous durant la rencontre Afrique du Sud-Ghana, les filets n’ont malheureusement pas tremblé. Et l’entraîneur sud-africain Carlos Queiroz d’accuser les hommes en noir. « Je n’ai pas envie de parler, nous sommes fatigués. L’arbitre a passé son temps à siffler des fautes imaginaires et chaque fois que nous amorcions une action de but, il sifflait contre nous. Ce sont des choses inadmissibles. Nous savons désormais ce qui nous reste à faire ». Les Black Stars, eux aussi, ont rejoint les vestiaires déçus par le score.

Le temps des gardiens

50 000 Maliens avaient pris d’assaut le Stade de Bamako pour encourager leur équipe contre le Nigeria. Emmenés par un Seydou Keita survolté, les Aigles ont dominé les Super Eagles nigérians. Les finalistes de la Can 2000 paraissaient complètement dépassés. Le Nigeria a aligné une équipe vieillissante, proche de la retraite, alors que Mali a décidé de faire confiance aux jeunes.

Des jeunes qui sont arrivés en troisième position lors du Championnat du monde des moins de 19 ans en 1999. Le choix a été très judicieux. La sélection malienne pallie son manque d’expérience par une joie de jouer qui lui donne des ailes. Sa rencontre contre l’Algérie s’annonce palpitante et surtout déterminante pour les deux équipes.

Ce vendredi s’annonce chaud pour les Fennecs de Rabah Madjer. Ils n’ont pas le droit à l’erreur face au Liberia de George Weah. Plusieurs équipes africaines verront leurs rêves se briser ce week-end. Car l’ère des attaquants est arrivée.

Lire aussi :

La mauvaise passe du foot maghrébin.

Un première journée tristounette.