Victoire diplomatique pour Ravalomanana

Marc Ravolamanana est en passe de gagner son pari : être reconnu sur le plan international. La France a franchi le pas. Le ministre des Affaires étrangères, Dominique de Villepin, en visite à Antananarivo, a appelé la communauté internationale à faire de même.

Ce n’est plus un  » président autoproclamé  » que le ministre des Affaires étrangères français, Dominique Villepin, a rencontré, mercredi dernier, à Antananarivo mais bien le  » président de la République « . La poignée de main entre le locataire du Quai d’Orsay et Marc Ravalomanana est très symbolique : la France vient de reconnaître la légalité et la légitimité de l’ancien maire de la capitale malgache. Et appelle la communauté internationale à faire de même, notamment en redonnant à Ravalomanana le siège toujours vacant de Madagascar à l’Organisation de l’unité africaine (OUA). Une décision dans ce sens peut intervenir vendredi lors du sommet de l’OUA à Durban. En signe de réchauffement des relations diplomatiques, Dominique de Villepin a signé quatre conventions de financement pour un montant total de 4,76 millions d’euros.

Ratsiraka, le grand absent

 » Je suis heureux de vous annoncer que les relations entre la France et Madagascar sont désormais au beau fixe « , a déclaré Marc Ravalomanana après son entretien avec le ministre français. Le président malgache savoure sa triple victoire : il est enfin reconnu par la communauté internationale, son rival, Didier Ratsiraka, se retrouve marginalisé et l’armée légale conquiert les derniers bastions des rebelles, à l’exception de Toamasina. Le grand perdant de ce rapprochement est le président sortant Didier Ratsiraka qui a multiplié les appels pour que le ministre français vienne à Toamasina pour le rencontrer en tant que  » président en exercice et seul président légal « . Mais Paris a décidé de laisser tomber l’Amiral rouge au profit du nouvel homme fort du pays.

Les Etats-Unis ont été les premiers bailleurs de fonds à reconnaître officiellement le président Ravalomanana, le 26 juin dernier. Ils ont été aussi les premiers à débloquer les avoirs extérieurs de l’Etat malgache gelés aux Etats-Unis depuis le début de la crise.

Lire aussi :

Avancée décisive pour Ravalomanana.

Antananarivo assiégée.

Retour forcé des mercenaires français.

Dakar donne des ailes à Ravalomanana.

Les présidentielles selon Saint-Marc.