Valls publie une circulaire pro-naturalisation

Manuel Valls publie, ce jeudi 18 octobre, une circulaire qui a pour objet de favoriser la naturalisation. Il s’agit, pour le ministre français de l’Intérieur, de lutter, grâce à l’allègement des conditions d’accès, contre la baisse croissante des naturalisations, constatée depuis 2010. Une mesure qui s’inscrit dans la continuité de la politique de l’immigration du nouveau chef de la Place Beauvau, s’opposant radicalement à celle de son prédécesseur, Claude Guéant.

La baisse des naturalisations oscille entre 30 et 45%. Pour y remédier, Manuel Valls publie, ce jeudi 18 octobre, une circulaire qui a pour objet de favoriser la naturalisation, par le biais de l’allègement des conditions d’accès. Une mesure qui s’inscrit dans la continuité de la politique de l’immigration du nouveau ministre français de l’Intérieur, s’opposant radicalement à celle de son prédécesseur, Claude Guéant.

L’accès à la nationalité « a été entravé, empêché, sans que cela ne fasse l’objet d’aucun débat », devait déclarer Manuel Valls lors d’une cérémonie de naturalisation à Toulouse. La nationalité « ne doit être ni bradée ni réservée à une élite. (…) C’est le moteur du sentiment d’appartenance à notre nation », devait-il souligner, rapporte LeMonde.fr.

Avec cette circulaire, les critères de naturalisation sont plus souples. Cinq ans, au lieu de dix, suffisent pour accéder à la nationalité française. Et, au lieu d’un CDI, les candidats à la nationalité française doivent ainsi justifier d’un CDD ou d’un contrat d’intérimaire. Aujourd’hui, M. Valls dit « ne pas avoir d’objectif chiffré », mais explique au Monde vouloir retrouver « le rythme d’avant ». « L’idée est de ne plus juger le dossier d’une personne à « l’instant T », mais sur l’ensemble de son parcours professionnel. Surtout en période de crise économique », se justifie le ministère de l’Intérieur.

Valls vs Guéant

Depuis le 16 mai, date de son arrivée au ministère, Manuel Valls n’a de cesse de remettre à plat la politique d’immigration instituée par Claude Guéant, l’ancien ministre français de l’Intérieur (de février 2011 à mai 2012). Après avoir abrogé la circulaire du 31 mai 2011, limitant la régularisation des étudiants extra-communautaires, et s’être opposé au rétablissement du contrôle aux frontières ; le nouveau ministre français de l’Intérieur plaide pour davantage de naturalisations.

La circulaire Valls enterre définitivement la circulaire Guéant. Dorénavant, les procédures de naturalisation des étudiants et jeunes diplômés (en France) seront allégées. Les « jeunes de moins de 25 ans », en général, sont les grands gagnants de cette nouvelle circulaire sur les naturalisations.

Manuel Valls ne remet, en revanche, pas en cause le rehaussement du niveau de maîtrise de la langue française, même s’il supprime le test à questions à choix multiples imposé par Claude Guéant. Cultivant la politique de « la carotte et du bâton », le ministre français de l’Intérieur accorde ses violons avec son prédécesseur en voulant faire signer aux nouveaux Français la « charte des droits et des devoirs ».