Union pour la Méditerranée : Bouteflika entretient le doute

L’Algérie, qui demande des éclaircissements sur l’Union méditerranéenne et la délimitation de ses contours stratégiques, entretient toujours des doutes quant à son adhésion pleine au projet. Le Premier ministre français, François Fillon, est reparti vers Paris sans avoir obtenu de réponse claire. La présence d’ Abdelaziz Bouteflika, au sommet de Paris prévu pour le 13 juillet prochain, demeure incertaine.

Notre correspondant en Algérie

Le président algérien, Abdelaziz Bouteflika ,ne s’est toujours pas clairement exprimé sur sa participation au sommet du projet de l’Union pour la Méditerranée prévu le 13 juillet à Paris. La visite de travail de deux jours du premier ministre français, François Fillon, qui souhaitait obtenir une réponse, n’a rien apporté de plus au doute qui entoure la présence du chef d’Etat algérien aux côtés des invités de ce sommet historique. «Chaque chose en son temps», a déclaré le président algérien, estimant qu’il y a encore des choses à faire avant le Sommet. L’Algérie , pour adhérer officiellement au projet, souhaite obtenir plus de « clarifications et de précisions ».

François Fillon, qui considère que l’Union pour la Méditerranée ne pourra pas se construire sans l’Algérie, a insisté sur l’importance du poids des autres pays méditerranéens dans ce projet, comme Israël et L’Egypte. «Personne n’envisage que l’UPM peut se construire sans l’Algérie, qui est un des acteurs majeurs de l’autre rive de la Méditerranée. Comme il ne peut y avoir d’UPM sans l’Egypte et Israël. C’est la raison pour laquelle nous sommes attachés à ce que tous les Etats du Bassin méditerranéen soient présents au sommet de création de l’Union.» a tenu à déclarer le Premier ministre français.

Si M. Fillon repart sans réponse claire et précise quant à la présence de l’Algérie au sommet de Paris, il a par contre concrétisé un projet de coopération militaire où la présence française sera renforcée. La volonté française dans ce sens ne souffre d’aucune équivoque comme le précise l’hôte de l’Algérie. «La France est totalement disponible à coopérer avec l’Algérie en matière d’équipements des Forces armées algériennes». D’autres projets de coopération militaire entre les deux parties sont aussi en filigrane comme le laisse croire la déclaration du Premier ministre français. «Nous discutons d’un programme de construction d’un bâtiment militaire. Nous discutons également pour équiper l’Armée algérienne en hélicoptères», a-t-il fait savoir.

Lire aussi:

 François Fillon en Algérie

Photo: El Watan