une petite douceur d’Echos d’afrik

En ces mois hivernaux, les étals de pâtisseries algériennes, marocaines et tunisiennes offrent à nos yeux émerveillés un foisonnement de petites douceurs. Des cornes de gazelle aux doigts de la mariée, en passant par les baklawas et autres chabakta, ce soir le plateau d’Echos d’afrik est parfumé aux saveurs orientales, pour la rupture du jeûne du ramadan. Il est également mis en musique au rythme de la salsa d’Africando.

Le ramadan est à l’honneur, avec des explications historiques de cette pratique musulmane, durant laquelle le jeûne est de rigueur du lever du soleil à son coucher. Cette difficile période de purification est rompue, le soir venu, par la dégustation d’un bon repas, souvent à base de sucre. On notera d’ailleurs l’augmentation exceptionnelle de la consommation de glucides, notamment en Egypte, au cours du mois de ramadan.

Le plateau est également musical. Nous recevons le groupe Africando, pour son dernier album  » All Stars Betece « . Depuis 1992, le groupe rassemblant des artistes de toutes les diasporas africaines compose une musique au carrefour de la salsa et de l’Afrique. Il prouve sur chaque album son amour pour les sons afro-cubains, et s’entoure toujours de grandes pointures : Lokua Kanza, Salif Keita, Koffi Olomide…

Africando explique son concept de salsa chantée en dialectes africains, et présente ses dernières chansons. Medoune Diallo, Ronnie Baro et Sekouba Bambino vous offriront, avant les fêtes, un petit a capella endiablé… Pour la dernière de l’année, Echos d’afrik se fait fondant et harmonieux, pour le plaisir des yeux, des oreilles et de la bouche.