Un Marocain porte plainte en France contre Eric Zemmour

Eric Zemmour
Eric Zemmour

Candidat à la prochaine élection présidentielle française, Eric Zemmour est poursuivi devant la justice française par un Marocain. Que lui reproche-t-on ?

Eric Zemmour est poursuivi en France pour plagiat. Une plainte a été déposée devant la justice française par Abdelkader Retnani, fondateur des Éditions « La Croisée des Chemins ». L’éditeur accuse Zemmour d’avoir plagié le nom de sa maison d’édition, que le chroniqueur a utilisé comme nom de domaine de son nouveau site internet.

« Eric Zemmour a lancé, depuis le 1ᵉʳ septembre dernier, un site web www.croiséedeschemins-ez.fr, pour la promotion de son nouvel ouvrage ‘’La France n’a pas dit son dernier mot’’, alors que la maison d’édition casablancaise ‘’La Croisée des Chemins’’ existe depuis quarante années déjà et dont la ligne éditoriale repose sur le vivre ensemble, la tolérance », note Abdelkader Retnani à L’Opinion.

« J’ai réagi en déposant une plainte, il y a deux semaines, auprès de la justice française, en vue d’éclairer l’opinion publique française et internationale et expliquer ma position vis-à-vis de cet individu », a poursuivi l’éditeur, qui ne cache pas sa colère contre le candidat français à la Présidentielle qu’il traite de « raciste et fasciste ».

« En tant que Marocain, éditeur, connu sur la place publique pour mes idées, mon combat pour le vivre ensemble, la tolérance, et pour comprendre l’autre, il est impossible que je partage ses idées. Je ne veux pas que le nom de la maison d’édition soit lié à une personne qui veut faire expulser tous les Musulmans et Arabes », a insisté Abdelkader Retnani.

Début octobre, Eric Zemmour avait poussé le Conseil français du culte musulman (CFCM) à régir, après une sortie au cours de laquelle le candidat à la Présidentielle française avait prétendu que « le coran valide la mise à mort de quiconque oserait contrevenir à la loi d’Allah ou offenserait Allah ». Ce qui avait poussé le CFCM à se fendre d’un communiqué, pour rétablir les faits et appeler à plus de vigilance.

« Lors de son dernier débat avec le philosophe Michel Onfray, le potentiel candidat à la Présidentielle française s’est permis d’inventer une version fallacieuse du verset coranique 5:32, prétendant que le coran légitime l’assassinat de toute personne qui contreviendrait à la loi d’Allah ou offenserait Allah », avait rectifié le communiqué du CFCM.

A lire : Le fils de Cheb Khaled soutient Eric Zemmour et déclenche la polémique