Tunisie : l’état d’urgence prolongé

En Tunisie, l’état d’urgence instauré après l’attentat sanglant de Sousse, a été prolongé, ce vendredi, jusqu’au 3 octobre prochain. Selon la Présidence, les menaces d’attentats persistent dans le pays.

Un mois après l’attaque meurtrière à Sousse en Tunisie, la crainte de nouveaux attentats est encore présente dans le pays. C’est pour cela que la Présidence a décidé, ce vendredi 31 juillet 2015, de prolonger, jusqu’au 3 octobre prochain, l’état d’urgence instauré le 4 juillet dernier.

C’est dans un communiqué, que la Présidence a annoncé sa décision déclarant qu’après « des consultations avec le chef du gouvernement et le président du Parlement, l’état d’urgence sera prolongé de deux mois sur tout le territoire, à partir du 3 août 2015 ». La persistance de menaces d’attentats djihadistes aurait poussé la Présidence tunisienne à prendre cette décision.

L’état d’urgence renforce les pouvoirs des forces de l’ordre tunisiennes. Avec ce statut, elles peuvent interdire les grèves ainsi que les réunions pouvant provoquer un trouble à l’ordre public. Depuis l’instauration de l’état d’urgence, 16 terroristes ont été arrêtés dans le pays dont deux probablement liés à l’attentat de Sousse de juin dernier.

Une semaine après l’attaque sanglante de Sousse, le Président Béji Caïd Essebsi décrète l’état d’urgence expliquant que « la situation exceptionnelle que traverse le pays et la persistance de menaces font que le pays est en guerre d’un genre spécial ». Par ailleurs, quelques jours plus tard, le Premier ministre Habib Essid a annoncé la construction d’un mur à la frontière libyenne.

La Tunisie a déjà vécu sous état d’urgence après la chute du Président Ben Ali, en janvier 2011. Cette situation a duré trois ans, puisque l’état d’urgence a été levé en mars 2014.

Lire aussi :

 En Tunisie, l’état d’urgence décrété