Toussaint Louverture, 200 ans déjà !

Ancien esclave, affranchi, Toussaint Louverture est le père de l’indépendance de la première république noire au monde… à la tête du mouvement de libération des esclaves de Saint-Domingue qui a mené à la création de l’Etat libre d’Haïti. A l’occasion, ce lundi, du bicentenaire de sa mort, Afrik revient sur l’homme et son oeuvre.

Il y a deux cents ans, mourait Toussaint Louverture. Figure emblématique de l’émancipation des Noirs, il est l’une des principaux personnages de la lutte pour l’abolition de l’esclavage. En s’opposant à Napoléon et à la puissance coloniale française, il lutte, en Haïti, pour l’universalisation des droits de l’Homme de 1789 qui, alors, ne s’appliquaient pas aux Noirs. Aller au-delà de la lettre morte pour donner son sens véritable à la déclaration universelle, telle fut la démarche de Toussaint Louverture.

Sa lutte d’  » ouverture  » pour un futur meilleur, il la mènera jusqu’à la proclamation de l’Etat libre d’Haïti, anciennement Saint-Domingue. Esclave affranchi à l’âge de 35 ans, il fut le chef de la révolte noire de l’île en 1791. Chef militaire, général de Bonaparte et homme d’Etat, il proclame en 1800 l’indépendance de Haïti. Arrêté sur ordre de Bonaparte puis emprisonné au château de Joux (France), il y meurt en 1803. Son digne successeur, le général Dessalines, poursuit sa lutte et même mieux encore. Il parvient à repousser les forces coloniales pour accorder à Haïti son indépendance définitive et inflige à Bonaparte sa première grande défaite militaire. Bien avant Waterloo (1814).

Le tronc de l’arbre de la liberté des Noirs

L’histoire du droit et des idées politiques retiendra cette contribution particulière de Toussaint Louverture qui traduit l’exceptionnelle précocité de sa vision de la condition humaine dans son ensemble. Le prophète a brandi la décolonisation, libératrice du joug pesant. Il a cru en l’existence d’un Etat libéré de toute oppression, avançant fièrement dans le concert des nations.

Ces combats pour la liberté des peuples, leur droit à disposer d’eux-mêmes, constituent un héritage. Ce testament, laissé par Toussaint Louverture et bien d’autres, mérite qu’on s’y appesantisse. Le gouvernement haïtien a décrété 2003,  » Année Toussaint Louverture « . Le 7 avril, jour du bicentenaire de la mort du héros haïtien au Fort de Joux, en France, sera férié en Haïti. L’homme est également célébré dans cette région (le Jura) de la France où il trouva la mort. En janvier prochain, c’est toute la Caraïbe qui célèbrera le bicentenaire de la République d’Haïti. Un combat qui en inspira bien d’autres.