Togo : la police appréhende un groupe d’escrocs

Illustration

Plusieurs individus de mauvaise foi profitent de l’état d’urgence décrété par le gouvernement togolais pour arnaquer les populations à travers le programme d’aide Novissi. La police nationale a heureusement appréhendé un groupe d’escrocs très actif.

Les malfaiteurs dont il est ici question ont plusieurs méthodes pour soutirer de l’argent à leurs victimes. L’une de ces tactiques consiste à se faire passer pour un agent d’une des entreprises de téléphonie mobile déléguée par le programme Novissi. La victime se voit alors proposer l’ouverture d’un compte, puis le dépôt d’un certain montant à travers un kiosque sur un code d’activation. L’autre méthode préférée de ces arnaqueurs qui usurpent le titre des agents du programme Novissi consiste à proposer leur aide pour la souscription aux bénéficiaires. Dans le cas où la victime n’a pas encore joui de la moindre tranche du programme, ils exploitent alors les données de sa carte d’électeur et retirent le montant à sa place. Toutes les informations relatives à leur mode opératoire ont été données par Nifo Labé, commissaire de la Direction centrale de la police judiciaire.

La criminalité en nette hausse

Dans les prochains jours, la bande sera présentée au procureur pour répondre des actes commis. Il faut notifier que le groupe d’escrocs est constitué de 4 personnes toutes sans emploi, à savoir 3 Togolais et 1 Béninois. Leurs différentes identités sont déjà connues. Il s’agit de :

  • Ayéyénou Pierre, 33 ans, Béninois, demeurant à Agbahonou
  • Agbati Koffi, 26 ans, Togolais, demeurant à Agbadahonou
  • Amers Yao, 27 ans, Togolais demeurant à Abobo komè
  • Afanvi Elise, âgée de 40 ans, demeurant à Adanmavo et revendeuse

Toute la bande est actuellement en détention pour faits d’escroquerie et arnaque au programme Novissi.

Au Togo, les actes de délinquance sont en pleine recrudescence ces derniers temps. Outre les  600 kg de cannabis saisis le mois dernier, il convient de signaler qu’un trafiquant d’organes a également été appréhendé, il y a environ deux semaines. L’homme était en possession de plusieurs crânes humains qu’il venait de déterrer dans le cimetière de Glodome