Togo : Fabre rejette la victoire de Faure et maintient la pression populaire

RPTmarche.jpg

Le candidat de l’Union des forces de changement (Ufc), Jean-Pierre Fabre, refuse de reconnaitre la victoire du Président Faure Essozimna Gnassingbé, le candidat sortant du Rassemblement du Peuple Togolais. Il compte prendre le pouvoir par la rue. Mais le pouvoir en place ne compte pas s’en laisser compter.

Notre correspondant au Togo

RPTmarche.jpgDans l’après-midi de dimanche, alors que de petits groupes manifestaient leur joie et soutien au Président déclaré gagnant, Faure Essozimna Gnassingbé, un groupe d’une centaine de manifestants, avec à sa tête Jean-Pierre Fabre, a tenté de nouveau une marche pacifique vers la Place de l’indépendance. Dans son avancée, il a été dispersé à coups de bombes lacrymogènes tirées par les soldats de la Fosep (Force Spéciale Election Présidentielle 2010). On dénombre 3 blessés dont un grave.

Dans un communiqué rendu public par la Frac, l’opposition déclare qu’elle va nommer très bientôt son Premier Ministre et former un gouvernement. « Nous sommes contre ce coup de force de Faure Gnassingbé. En 2005, c’était la même chose. Nous allons revendiquer notre victoire et former notre gouvernement. La lutte pour la prise du pouvoir doit être quotidienne.», a déclaré Nicodème Habia, membre du mouvement, et député à l’Assemblée nationale. Certaines rumeurs évoquent le nom de Koffi Yamgnane au poste de Premier ministre dans le gouvernement d’opposition.

Togomanif-2.jpgPar ailleurs, la police a interpellé 10 frondeurs dont deux membres du Mouvement Citoyen pour l’Alternance (MCA), soupçonnés par le pouvoir d’être « la branche armée des contestataires ».

La tension s’est maintenue entre forces de l’ordre et manifestants dans le quartier Bè (fief de l’opposition) jusqu’à la tombée de la nuit. Lundi matin, dans la capitale, les activités ont plus ou moins repris, et l’opposition appelle demain ses militants à une marche pacifique. Mais le pouvoir en place n’entend pas s’en laisser compter. L’opposant Jean-Pierre Fabre aurait été, lundi matin, empêché de rejoindre le siège de son parti (UFC) par les forces de l’ordre. Il aurait été bloqué sur le boulevard du 13janvier jouxtant la rue menant à son siège, selon son responsable des médias, Teko Jean-Jacques.

Lire aussi :

 Togo : la deuxième marche du Frac réprimée avec violence

 Togo : Faure Gnassingbé en tête de la présidentielle