Tchad : Idriss Déby annonce la fin imminente de Boko Haram

Le Président tchadien, Idriss Déby, a annoncé que « le groupe terroriste Boko haram était décapité ». Il a ajouté que la guerre contre Boko Haram allait se terminer avant la fin de l’année. Ce rendez-vous avec les médias a également été l’occasion pour Idriss Déby d’annoncer son intention de briguer un nouveau mandat à la tête du pays.

Le groupe Boko Haram est sur le point de céder. C’est du moins ce qu’a affirmé le Président tchadien Idriss Déby lors d’une conférence de presse, ce mardi 11 août 2015, à N’Djamena, la capitale de ce pays d’Afrique Centrale. « Boko Haram est décapité, il y a de petits groupes éparpillés dans l’est du Nigeria, à la frontière avec le Cameroun, nous sommes en mesure de mettre définitivement hors d’état de nuire Boko Haram ». Selon lui, la guerre contre Boko Haram sera terminée avant la fin de l’année. Profitant de ce rendez-vous avec les médias, le Président tchadien a manifesté son intention de se présenter aux élections présidentielles, en 2016.

« Une guerre courte contre Boko Haram »

La guerre contre Boko Haram sera de courte durée, affirme Idriss Déby. Il compte sur la force mixte, qui sera opérationnelle dans quelques jours pour venir à bout du groupe terroriste nigérian. Il évoquer également un nouveau chef de Boko Haram, qui aurait succédé à Abubakar Shekau, qui n’est plus apparu sur les vidéos de propagande du groupe depuis plusieurs mois. Il s’agit de Mahamat Daoud qui souhaite négocier avec le gouvernement nigérian.

Des négociations auxquelles ne croit pas le chef d’Etat tchadien. « Moi, je conseillerais de ne pas dialoguer avec un terroriste », a-t-il martelé face à la presse nationale. Sa principale préoccupation, est d’éviter les actions terroristes de Boko Haram, qui a déjà commis deux attentats meurtriers à N’Djamena.

Vers un nouveau mandat présidentiel

Idriss Déby, à la tête du pays depuis 1990, n’envisage pas de quitter le pouvoir. Il a d’ailleurs annoncé son intention de se porter candidat à sa réélection, en 2016. « Vingt-cinq ans, c’est long. Si j’avais la possibilité de m’assurer que le pays marchera après moi, je quitterais aujourd’hui même le pouvoir », a-t-il déclaré pour justifier sa décision.

Toutefois, laisse son sort entre les mains de son parti, le Mouvement patriotique du Salut, qui désignera son candidat à la Présidentielle. Il annonce que « toutes les dispositions sont prises de manière à ce que les élections se déroulent dans la transparence libre et démocratique ».

Lire aussi :

 Tchad : Idriss Deby fustige le manque de coordination militaire face à Boko Haram