Soudan : une violente répression d’une manifestation contre le coup d’Etat fait un mort

Manifestation au Soudan (27 oct 21)
Manifestation au Soudan

Un homme a été tué, ce samedi, dans la ville d’Oum d’Ormane, près de Khartoum, lors d’une manifestation contre la conservation du pouvoir par l’armée, a annoncé le collectif des médecins soudanais.

Les forces de sécurité soudanaises ont tué un manifestant, ce samedi 13 novembre, dans la ville d’Oum d’Ormane, près de Khartoum, lors d’une manifestation contre la nomination de nouveaux membres du Conseil de souveraineté. D’après le collectif des médecins soudanais, ce sont les forces de sécurité qui ont tiré sur les manifestants. Une situation qui a causé la mort d’un homme, affirme ce mouvement de pression, ajoutant que ce bilan pourrait être revu à la hausse suite au nombre important de blessés.

Selon nos sources sur place, les comités de résistance ont mobilisé les Soudanais pour dénoncer la conservation du pouvoir par l’armée, après la nomination de nouveaux membres du Conseil de souveraineté. « Ce matin a été très agité dans plusieurs villes du pays, dont Khartoum, Omdourman et Oum Dormane. Des Soudanais ont battu le macadam pour exprimer leur colère face à la conservation du pouvoir par l’armée. Munis de banderoles, les manifestants scandaient des slogans appelant au retour de la démocratie », a témoigné un confrère sur place. Cette manifestation a connu la participation de « plusieurs femmes », ajoute-t-il.

Le général Abdel Fattah al-Burhan a procédé à la nomination de nouveaux membres du Conseil de souveraineté, composé en majorité de militaires. Cette nomination a suscité l’indignation au sein de l’opinion. Rappelons que le 25 octobre, le général Abdel Fattah al-Burhan a annoncé la dissolution du gouvernement, après le putsch orchestré par l’armée. Une situation qui a occasionné le soulèvement des Soudanais qui dénoncent la violation de l’accord sur la transition démocratique, signé en août 2019, entre les regroupements politiques et l’armée, en vue de mettre un terme au règne d’Omar el-Béchir, qui était au pouvoir depuis 30 ans.

A lire : Au Soudan, les militaires ne lâchent pas le Conseil de souveraineté