Au Soudan, la guerre menace l’ensemble de la production céréalière


Lecture 3 min.
Champ de culture
Un champ de culture

Au Soudan, les violents combats entre l’armée et les Force de soutien rapide menacent l’ensemble de la production céréalière. Une situation qui a poussé le Programme alimentaire mondial à tirer la sonnette d’alarme.

Plus de 300 000 personnes forcées à fuir de nouveau

Les violents combats qui se poursuivent au Soudan menacent la sécurité alimentaire de ce pays d’Afrique de l’Est. Déjà que plusieurs milliers d’enfants sont menacés de famine, du fait des combats. Mais cette menace pourrait se traduire en réalité, si les deux camps ne mettent pas fin au conflit. La rivalité entre le général Abdel Fattah al-Burhan, chef de l’armée, et le général Mohamed Hamdan Dagalo, chef des FSR, a fini de mettre le pays à genoux.

La promesse des États-Unis et de l’Arabie Saoudite de fournir un soutien financier et militaire au Soudan, si un accord est conclu, n’a pas convaincu les deux camps. Ils poursuivent les combats. Le 15 décembre, les FSR ont attaqué Wad Madani, forçant plus de 300 000 personnes à fuir de nouveau, à l’intérieur de l’État d’Al-Jazira. Selon l’ONU, d’autres habitants ont tenté de trouver refuge dans les États voisins de Sennar et de Gedaref.

Menace sur l’ensemble de la production céréalière du Soudan

Des violences qui ont contraint le Programme alimentaire mondial à interrompre ses activités humanitaires dans la ville de Wad Madani. Dans cette région agricole, la guerre laisse planer une réelle menace sur l’ensemble de la production céréalière. « Il y a une grande panique dans la population de l’État. Tout le monde veut fuir », a déclaré le chargé des opérations d’urgence pour le Programme alimentaire mondial au Soudan.

« Les agriculteurs n’ont plus accès à leurs fermes. L’État de Jezira est considéré comme le grenier du Soudan. Cet État produit une quantité de blé suffisante pour 6 millions de personnes chaque année », poursuit Karim Abdelmoneim. « Près de 18 millions de personnes au Soudan sur une population totale de 46 millions de personnes dans le pays sont déjà identifiées comme étant en situation d’insécurité alimentaire, au cours des derniers mois », fait remarquer cet agent du PAM.

Menace de perte d’une très grande quantité de nourriture

Et de mettre en garde : « si les combats ne s’arrêtent pas au premier trimestre de l’année prochaine, qui est la période des cultures pour les agriculteurs, la situation va devenir encore plus sombre ». Non sans rappeler que « c’est aussi la période de récolte du sorgho, qui est également une ressource essentielle au Soudan. Si cette récolte ne peut pas se poursuivre, alors les gens vont encore perdre une très grande quantité de nourriture ».

« Toute la production agricole est en danger si les combats ne s’arrêtent pas », alerte Karim Abdelmoneim. Non sans insister sur la menace qui pèse sur la production céréalière. Ce, au moment où l’approvisionnement mondial en céréale est compromis par la guerre que mène la Russie contre l’Ukraine. Depuis huit mois, l’armée soudanaise s’oppose aux paramilitaires des FSR dans une guerre sanglante contraignant mes populations au déplacement.

Avatar photo
Très attaché à l’Afrique Centrale que je suis avec une grande attention. L’Afrique Australe ne me laisse pas indifférent et j’y fais d’ailleurs quelques incursions
Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter