Sommet de Dakar : une « réponse régionale » nécessaire contre Boko Haram

Les exactions de la secte islamiste Boko Haram sont devenues « un problème régional », selon le ministre français de la Défense présent au sommet de Dakar sur la sécurité en Afrique, qui s’est ouvert ce lundi, au Sénégal.

Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a déclaré que le groupe Boko Haram est devenu un problème qui concerne toute l’Afrique de l’Ouest. L’avancée de la secte islamiste au Nigeria est au centre des discussions au Forum sur « la paix et la Sécurité en Afrique », qui s’est ouvert, ce lundi, jusqu’à mardi, à Dakar, la capitale sénégalaise. Le ministre français est présent ainsi que plusieurs chefs d’Etat de la région.

Une « question urgente »

« Aujourd’hui, la question n’est plus de savoir si Boko Haram est un problème national ou régional. Les attaques barbares qui ravagent le nord du Cameroun nous apportent hélas la réponse. La question urgente qui se pose est de savoir comment peuvent se mettre en place les éléments d’une réponse régionale, concertée, coordonnée, à cette menace sans précédent que représente le mouvement Boko Haram », a indiqué jean-Yves Le Drian, rapporte Pressafrik .

La secte islamiste Boko Haram multiplie les attaques armées au Nigeria où elle a pris le contrôle de plusieurs villes du nord du pays, mais aussi au Cameroun et au Niger.

Le ministre français de la Défense s’est dit satisfait de la mise en place de l’opération française Barkhane qui vise à renforcer la sécurité dans toute la zone sahélo-saharienne. « Au Sahel, je constate qu’une dynamique de coopération inédite se met en place. A travers l’opération Barkhane, nous avons mis en place un cadre pour que ce mouvement s’amplifie et se traduise par des développements concrets », a-t-il conclu.