Snobé par Mohammed VI, Brahim Saadoun, une marocanité en question

Le Marocain Saadoun Brahim
Le Marocain Saadoun Brahim condamné à mort

Le roi du Maroc, Mohammed VI, ne s’est toujours pas prononcé sur le cas de Brahim Saadoun, présenté comme un ressortissant marocain. Capturé par les autorités pro-russes du Donetsk, le jeune risque d’être exécuté. Visiblement, le Maroc ne compte pas lever le plus petit doigt pour empêcher cette exécution.

Mercredi dernier, se sont tenues deux rencontres importantes. Une au royaume du Maroc matérialisée par le Conseil des ministres présidé par le roi Mohammed VI. Ce dernier a passé en revue toutes les questions fondamentales : gestion des armes à feu détenues par les civiles, coopération militaire, investissement et autres situation sanitaire avec les nouveaux pics de contagions enregistrés. La quasi-totalité des actualités concernant le Maroc a été épluchée, sauf le cas de Brahim Saadoun, qui pourrait être exécuté à tout moment.

La seconde rencontre est la conférence de presse donnée à Donetsk, par Denis Pushilin, chef des forces russes dans la République populaire de Donetsk, qui a confirmé aux journalistes que «ni le Maroc ni la Grande-Bretagne ne nous ont officiellement contactés». Le dirigeant a précisé que «le Maroc et la Grande-Bretagne n’ont pas soumis de demande officielle aux autorités de Donetsk concernant leurs citoyens qui ont combattu aux côtés de Kiev et ont été reconnus coupables de mercenariat».

Brahim Saadoun ainsi que deux autres Britanniques ont fait appel de leur condamnation à mort, seulement, «l’affaire sera transférée au service exécutif du ministère de la Justice de la RPD», si le tribunal confirme le verdict. A la question de savoir si les autorités pro-russes du Donetsk étaient prêtes pour procéder à l’exécution de la peine de mort des trois condamnés, Denis Pushilin précise que «tout est préparé dans le service exécutif du ministère de la Justice de la RPD, conformément à la législation en vigueur».

Au Maroc, plus précisément dans le Cabinet royal, c’est silence radio sur la question. Suffisant pour se demander si l’accusé est bien un ressortissant marocain. Brahim Saadoun et les deux Britanniques Aiden Aslin et Shaun Pinner ont été arrêtés pour «leur service dans la 36ème brigade de marine des forces armées ukrainiennes et leur participation aux hostilités dans le Donbass, pour lesquelles ils ont reçu des récompenses financières». Ils sont poursuivis pour «mercenariat», entre autres.

Lire : La Russie prévoit l’exécution du Marocain Brahim Saadoun par balles